AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
Peintre vs crayon, premier round (Emily)

Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Peintre vs crayon, premier round (Emily)   Dim 4 Aoû - 5:23


Peintre vs crayon, premier round






Hé, la peintre dingue, comment ça va? Toujours en train de dessiner, à ce que je vois.

Ces mots résonnaient encore terriblement dans la tête de Karine. Peut-être qu'elle était vraiment folle au fond. Elle avait beau dire, ces mots prononcés par Maria lui faisaient toujours aussi mal que lorsqu'elle les avait prononcés, à peine quelques jours avant son départ. C'était la seule personne avec son père dont les paroles pouvaient l'atteindre. La peintre dingue. C'était son surnom depuis qu'une nouvelle élève, l'observant, avait eu la mauvaise idée de dire que Karine était une dingue de peinture. Bien sûr, elle l'avait dit sans arrière pensée, mais les autres s'étaient aussitôt empressés de s'en servir contre elle en le déformant. Oui, elle était folle parce qu'elle se refusait à être hypocrite comme eux pour obtenir une place dans la hiérarchie qu'ils avaient soigneusement établie. Et que Karine prenait tout autant de soin à démolir lorsqu'ils se révélaient trop provocants à son goût, en leur rappelant tous leurs petits conflits de "pouvoir". Ils étaient pitoyables. Mais Maria était différente. Elle était plus rusée qu'eux, et savait frapper là où ça faisait mal. D'autant qu'elle connaissait tous les points faibles de Karine, ayant été autrefois sa meilleure amie avant de la trahir. Peut-être que c'était à cause d'elle que Karine était ici depuis quelques jours. Bien sûr, sa phobie était née le jour où son père avait failli mourir dans un hôpital pour avoir recommencé à fumer. Or, il avait recommencé à fumer parce que Karine avait recommencé à sécher les cours, rompant leur promesse. Et pourquoi avait-elle séché les cours? Pour ne pas devenir comme Maria et ses "amis". On trouve toujours des raisons d'accuser nos pires ennemis de nos malheurs. Karine se retint péniblement de balancer toutes ses affaires à travers la salle, furieuse. Elle conserva son air indifférent, et observa discrètement les autres enfants assis dans la salle. Elle s'était assise le plus loin possible des autres, par habitude. et pour passer le temps, dessinait sur une table à l'écart. Elle n'était pas contre un peu de compagnie, mais n'en voulait pas spécialement. Elle aurait pu être seule dans la salle que cela n'aurait rien changé. Sur le carnet qu'elle emportait partout, elle noircissait machinalement les pages blanches. Heureusement, elles étaient d'un blanc brunâtre, et pas totalement blanches. Sinon elle aurait certainement craqué.

Dis-moi, Karine, comment va ta mère? Et ton père?

Karine serra les dents, se remémorant malgré elle leur dernière discussion. Inconsciemment, son dessin commença à prendre la forme d'un visage féminin. Maria. Comment avait-elle pu oser? Pourquoi s'acharnait-elle toujours à la blesser? Sa mère était morte à sa naissance, et son père avait toujours été absent et de santé fragile lorsqu'elle le voyait. Il travaillait dur pour elle. Karine tentait de refluer la colère et la haine qui montait en elle tandis qu'elle revoyait le rictus de mépris et de satisfaction qui était apparu sur le visage de son ennemie quand elle avait vu une unique larme rouler sur sa joue. Son crayon faisait les frais de son agressivité, émettant de petits craquement discrets auxquels Karine ne prêta pas attention. Ne trouvant rien à répliquer à ce coup déloyal, elle avait frappé plus fort. Un unique coup de poing qu'elle n'avait pas su retenir, dans son nez.

Crrrrraaaccc.

Karine manqua de sursauter au bruit de son crayon se brisant sur la table. Elle grimaça en voyant son crayon brisé en une bonne dizaine de morceaux. Bien sûr, la plupart des gens brisaient leur crayon en deux morceaux, réutilisables, mais il avait fallu qu'il en soit autrement pour elle! Comme toujours. Elle soupira. C'était le seul qu'elle avait pris. Elle se leva en essayant de ne pas faire crisser la chaise, qui refusa de coopérer, signalant son mouvement traîtreusement. Nouveau soupir. Soupirer lui permettait de regagner son calme, calme dont elle allait avoir besoin si elle ne voulait pas que la moindre parole ne dégénère en dispute. Elle avait l'insulte facile, comme disait son père en plaisantant. Elle s'approcha d'une adolescente qui était rentrée dans la salle peu de temps auparavant, et se plaça dans son champ de vision avant de demander, passant la main dans ses cheveux d'un air ennuyé:

"T'aurais pas un crayon à papier? Le mien vient de m'exploser entre les doigts."

En attendant sa réponse, elle parcourut du regard le moindre détail dans son allure. Elle était plutôt jolie, si on faisait abstraction des cernes qui bordaient ses yeux. Restait à espérer que son regard signifiait "Hein, quoi?" plutôt que "Dégage, tu vois pas que tu me déranges?"...
Modo
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 189
Date d'inscription : 12/04/2013
Localisation : Nowhere.

DOSSIER
ÂGE : 21 ans
PROBLÈME : Thanatophobe - peur de la mort.
LIBRE RP : Oui mais lente. >W
MessageSujet: Re: Peintre vs crayon, premier round (Emily)   Ven 9 Aoû - 12:43
emily et karine
C'est toujours quand on cherche la tranquillité que quelqu'un vient perturber vôtre paix intérieure.

La jeune femme aux cheveux noir de jais, affalée comme à humble habitude sur une des chaises de la salle principale, tournait inlassablement les pages de son magazine, rêvassant comme toujours de l'extérieur. Depuis combien de temps était-elle internée dans l'établissement ? Elle-même ne s'en souvenait pas, après tout elle était sans doute la plus ancienne pensionnaire, traînant derrière elle dix années ici. Elle en avait vu, défiler des pensionnaires, tous plus au moins déjantés. Son psychologue n'avait de cesse de lui répéter à maintes reprises que ce n'était pas un asile pour les détraqués, elle n'en croyait pas un mot. Ceux qui vivaient dans cet institut avait de sérieux troubles, parfois même dangereux pour les autres. Soupirant, elle referma finalement le magazine après l'avoir lu en large et en travers. Elle avait toujours cette envie de fumer un joint, mais ici il fallait mieux éviter, à cause des caméras de surveillances au dessus de sa tête et les nombreux surveillants qui faisaient des allers et retours dans l'immense salle pour voir si tout se déroulait normalement mais aussi pour s'occuper des diverses activités de la journée. Em' ne participait depuis très longtemps, se jugeant trop âgée pour côtoyer des adolescents en pleine crise. Elle restait dans son coin, silencieuse et souvent atone, à observer. Et les mêmes pensées la rongeaient continuellement. Elle se tournait clairement les pouces, mais il n'y avait pas grand-chose à faire durant cette période, à savoir les grandes vacances d'été. Certains pensionnaires retournaient chez eux durant ce laps de temps, mais d'autres – comme Emily – restaient ici, n'ayant finalement nulle part où rentrer. Sa mère n'allait sûrement pas revenir la chercher, pas après toutes ces années sans donner de nouvelles. Elle oubliait même d'envoyer une carte pour l'anniversaire de la brune, alors bon... Quelqu'un lui barra son champ de vision, la forçant à lever les yeux pour distinguer l'interlocutrice, un léger froncement de sourcils sur le visage.

« T'aurais pas un crayon à papier ? Le mien vient de m'exploser entre les doigts. »

Elle ne la connaissait pas, cette nana. Sûrement une de ces nouvelles fraîchement débarquées au début des vacances. À vrai dire, Emily n'avait pas fait particulièrement attention aux arrivées, excepté Amber qui était sa colocataire. Et c'était quoi toute cette peinture sur ses vêtements ? Encore un de ses pseudo-Picasso complètement dingue ? Repoussant une mèche ébène derrière son oreille, Emily haussa le ton d'une voix monotone.

« Si tu veux un crayon, tu n'as qu'à demander aux surveillants qui sont là, j'ai l'air d'avoir ça sur moi ? » répliqua-t-elle en soupirant bruyamment.

Elle était froide, voir distante envers cette inconnue. De toute façon, de quel droit venait-elle lui adresser la parole alors qu'elles ne se connaissaient même pas. Rejetant sa tête en arrière, elle chercha un instant une cigarette dans son sac et la porta à ses lèvres. Sauf qu'elle avait oublié que les surveillants l'avait à l’œil et l'un deux ne tarda pas à rappliquer.

« Emily McKeon, ta cigarette. Vous êtes consignées toutes les deux, vous rangerez la salle après les activités de groupe. »

« Quoi ! Mais - »

« Pas de mais. Dépêche toi de ranger ça. »


Elle avait à peine eu le temps de décrocher deux mots qu'elle se retrouvait dans une situation des plus complexes. Obligée de devoir ranger la salle avec une dingue recouverte de peinture, génial. Et comme par hasard, le surveillant avait d'ores et déjà pris la fuite. Super … Les yeux rivés sur l'interlocutrice en face, elle la détaillait plus intensément. Elle n'était pas spécialement moche, il fallait le dire, malgré les diverses taches parsemant ses vêtements.

« Tu comptes rester debout devant moi pendant combien de temps au juste ? »

Rangeant sa cigarette avec une certaine frustration, elle dévisageait complètement l'inconnue, un léger rictus sur son faciès au teint cireux.
Pardon pour le retard, j'espère que ça te plaira. © Em'
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: Peintre vs crayon, premier round (Emily)   Sam 10 Aoû - 9:50


Peintre vs crayon, premier round





Karine serra imperceptiblement les poings, mais garda l'air indifférent qu'elle conservait en toutes circonstances. Elle n'aimait pas la façon dont cette fille l'avait dévisagée. Le froncement de sourcils lorsque son regard s'était posé sur ses vêtements, son ton, tout indiquait qu'elle n'avait absolument rien à faire d'elle. Avant même qu'elle ne commence à parler, elle comprit que la fille qu'elle avait en face d'elle allait lui répondre par la négative.

« Si tu veux un crayon, tu n'as qu'à demander aux surveillants qui sont là, j'ai l'air d'avoir ça sur moi ? » répliqua-t-elle en soupirant bruyamment. »

Génial. Encore une que le respect ou la politesse était loin d'étouffer. Bien sûr qu'elle avait vu qu'il y avait des surveillants tout autour, qu'est-ce qu'elle croyait? Que parce qu'elle n'avait pas perdu son temps à essayer vainement de faire partir la multitude de taches de peintures de ses vêtements, elle était aveugle? Justement, elle avait remarqué qu'ils avaient des crayons à papier qu'ils prêtaient au premier venu, et c'était justement pour ça qu'elle n'était pas allée directement leur en demander. Ils étaient dans un état pitoyable, et finiraient rapidement dans le même état que son ancien crayon à papier, qu'elle s'énerve ou non. Et qui dit détérioration de matériel dit sanction... Alors qu'elle se retenait de répliquer qu'elle avait surtout l'air aussi stupide que les surveillants qu'elle lui "conseillait" d'aller voir, en la regardant sortir une cigarette au mépris des règles, l'un d'entre eux s'avança justement vers eux. Il n'avait pas l'air d'apprécier son geste.

« Emily McKeon, ta cigarette. Vous êtes consignées toutes les deux, vous rangerez la salle après les activités de groupe. »

« Quoi ! Mais - »

« Pas de mais. Dépêche toi de ranger ça. »


Donc cette fille s'appelait Emily. C'était bon à savoir. Désormais, Karine saurait à quoi s'attendre à chaque fois que quelqu'un dans l'établissement prononcerait son nom. Elle se fichait complètement de la punition. Elle avait tellement l'habitude d'être le bouc émissaire de son ancien lycée que ça lui paraissait presque normal. La routine, quoi. Elle défia du regard le surveillant, qui tourna les talons et retourna à ses occupations sans se soucier d'elles deux une seconde de plus. Son regard se posa à nouveau sur la fille qu'elle avait en face d'elle, et qui la dévisageait une fois encore.

« Tu comptes rester debout devant moi pendant combien de temps au juste ? »

Il était temps de mettre fin au silence qu'elle s'était elle-même imposée pour éviter d'insulter Emily.

"Plus longtemps que ce que j'avais prévu, grâce à toi."

Elle savait que si cette fille était de mauvaise humeur, c'était en grande partie dû au manque de nicotine. Mais elle aussi était en colère, et elle n'avait pas vraiment l'intention de se laisser faire sans rien dire. Que cette fille passe ses nerfs sur elle parce qu'elle s'ennuyait ici, passe encore, elle s'en fichait. Mais qu'elle lui fasse perdre du temps qu'elle aurait pu consacrer à sa passion en prime, ça, ça la mettait hors d'elle. Elle soupira pour regagner son sang-froid et résister à l'envie de crier ses quatre vérités à Emily, et lança, agacée:

"Bon écoute, je vais faire court, mais j'ai juste besoin d'un truc pour écrire, n'importe quoi. Je serais pas venue te faire chier, même si j'ai bien vu que de toute manière tu te faisais déjà chier, si les crayons des surveillants étaient déjà pas tous aux quatre coins de la salle. T'en as pas, aucun problème. Mais la prochaine fois que t'as la merveilleuse idée de fumer au beau milieu des surveillants, préviens-moi que j'aie le temps de dégager."

Elle tourna les talons, et parcourut tranquillement la salle à la rechercher d'un crayon, essuyant de nombreux refus jusqu'à ce quelqu'un trouve enfin un crayon dont il n'avait pas besoin. Elle retourna à sa table sans un regard pour la brune. Elle acheva rapidement le portrait de son ex-meilleure amie, et ne put s'empêche de l'examiner longuement. Mouais. C'était plutôt ressemblant. En fait c'était exactement le visage qu'elle avait juste avant qu'elle ne la frappe. Elle réprima un sourire en y repensant. Ca l'avait drôlement soulagée. Elle se mit à dessiner machinalement jusqu'à ce que les autres s'en aillent progressivement. Les activités de groupe venaient de se terminer. Elle rangea ses affaires en pestant, puis eut soudain une idée en observant Emily, qui n'avait pas l'air vraiment pressée de faire de même. Elles étaient parties sur de mauvaises bases. Il fallait dire que Karine n'avait jamais été très amicale avec les autres. Mais elle n'avait pas vraiment envie de se faire déjà des ennemies, à peine arrivée, surtout si le traitement devait durer... Elle se dirigea vers un des surveillants, et négocia pendant quelques instants, avant d'obtenir ce qu'elle voulait. Elle réprima le sourire qui lui montait aux lèvres, et les regarda quitter la pièce. Elle se dirigea vers Emily.

"Je les ai convaincus de nous laisser ranger seules. Si tu te places dans le coin là-bas, tu peux fumer tranquille. C'est un angle mort des caméras. De toute manière, sans vouloir te vexer, je pense que j'irai beaucoup plus vite toute seule. Nettoyer les salles de cours, c'est mon activité du mercredi aprèm, donc à force j'ai pris la main. Tu fais ce que tu veux, tant que tu ne me déranges pas."

Le surveillant avait rapidement cédé quand elle lui avait fait remarquer que leurs t-shirts blancs la rendaient malade. Bien sûr, c'était un mensonge. Leurs t-shirts n'étaient plus blancs depuis longtemps. Cette simple nuance de couleur était finalement très pratique. Personne ne savait, à part Karine elle-même, qu'elle avait uniquement peur du blanc éclatant et pur comme la neige, et non pas du blanc en général. Et l'avantage, c'est que comme elle avait une réputation exemplaire en colle (il fallait bien qu'elle le soit quelque part pour qu'ils l'aient supportée dans son lycée aussi longtemps), ils lui faisaient entièrement confiance pour surveiller Emily, même si celle-ci était plus âgée qu'elle. Quelle erreur... Elle jeta un léger coup d'œil aux caméras avant de commencer à ramasser les papiers qui trainaient au sol, sans réaliser qu'elle avait laissé traîner le dessin de Maria sur une table. Qu'importe ce qu'Emily répondrait à ça. Elle n'avait pas de temps à perdre.

Spoiler:
 
Modo
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 189
Date d'inscription : 12/04/2013
Localisation : Nowhere.

DOSSIER
ÂGE : 21 ans
PROBLÈME : Thanatophobe - peur de la mort.
LIBRE RP : Oui mais lente. >W
MessageSujet: Re: Peintre vs crayon, premier round (Emily)   Mer 21 Aoû - 16:00
who are you ?
Emily fronça les sourcils une nouvelle fois, visiblement très irritée. Cette fille, elle était chiante. Du genre vraiment chiante. Du genre à répondre sur un ton qui ne plaisait pas des masses à Emily. Pour qui elle se prenait au juste, celle-là ? Elle devait être là depuis quoi, un mois et ça se prenait déjà pour une star. McKeon serrait les dents de rage, se retenait du mieux qu'elle pouvait de ne pas lui sauter à la gorge pour lui faire comprendre qu'ici, elle n'était rien, absolument rien. Un petit insecte nuisible que la brune pouvait éradiquer très rapidement. Après tout, elle connaissait tout le monde, depuis des années. Il lui suffisait de demander à quelques gars de lui rendre service et cette nana n'allait pas faire long feu. Mais bref, elle n'eut guère le temps de répliquer que la jeune femme tournait les talons à la recherche d'un foutu crayon. Emily commençait à rassembler ses affaires quand la peintre dingue rejoignit de nouveau son champ de vision. Et lui adressa encore une fois la parole.

« Je les ai convaincus de nous laisser ranger seules. Si tu te places dans le coin là-bas, tu peux fumer tranquille. C'est un angle mort des caméras. De toute manière, sans vouloir te vexer, je pense que j'irai beaucoup plus vite toute seule. Nettoyer les salles de cours, c'est mon activité du mercredi aprèm, donc à force j'ai pris la main. Tu fais ce que tu veux, tant que tu ne me déranges pas. »

A défaut d'être clairement irritante, elle était plutôt efficace pour convaincre les surveillants de les laisser tranquille. Em' avait déjà essayé des dizaines de fois, sans succès. Elle se demanda instinctivement ce qu'elle avait bien pu dire pour les persuader de quitter les lieux sans demander leur reste. Un sourire satisfait aux lippes, la brune aquescia simplement d'un signe de tête et se dirigea vers la table à l'abri des caméras. En parcourant la salle du regard, elle tomba nez à nez avec un dessin. Un portrait de femme, pour être plus exact. Il appartenait probablement à cette peintre folle. Le ramassant, elle se déplaça de nouveau vers elle, lui mettant la feuille de papier sous les yeux. Elle était peut-être agaçante, elle avait un réel talent.

« J'ai trouvé ça sur la table, là-bas. Je suppose que c'est à toi, puisque t'es la seule à crayonner parmi les résidents. Je vais t'aider à ranger, je suis peut-être froide mais j'ai des principes. Et puisque c'est ma faute si on en est là, je dois le faire. » lui dit-elle en posant le dessin sur une table vide.

Elle se mit à ramasser également les ordures traînant au sol et se demanda pourquoi la pièce était aussi sale. Les pensionnaires ne faisaient vraiment aucun efforts pour ranger et les surveillants eux, s'en fichait complètement, se disant qu'il y avait toujours moyen de faire travailler les enfants à leur place. Emily brisa le silence perturbant en haussant de nouveau la parole à l'adresse de la jeune femme dont elle ignorait le prénom.

« Comment tu t'appelles ? Et qui représente ce portrait ? Elle est belle, c'est ta sœur ? »

En y repensant elle ne ressemblait pas beaucoup à cette fille. C'était probablement une de ses connaissances, avant de venir s'enfermer dans cet intistut. McKeon repensa vaguement à sa vie d'antan. Quand elle était encore avec ses parents, que son père était encore en vie. Cette époque lui manquait terriblement, mais désormais elle devait faire face et accepter le fait que sa mère avait refait sa vie, ailleurs et sans elle. Ruminant entre ses dents, elle continua de ramasser les papiers et balayer le sol.
© Em'
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: Peintre vs crayon, premier round (Emily)   Jeu 22 Aoû - 9:25


Peintre vs crayon, premier round




Karine avait déjà ramassé une bonne partie des saletés qui traînaient par terre, quand elle vit Emily s'avancer vers elle, du coin de l'œil. Elle retint de justesse un grognement de dépit. En trouvant un moyen pour elle de fumer tranquille, elle avait espéré qu'elle pourrait ranger tranquille elle-aussi... Elle se redressa après avoir jeté ce qu'elle avait dans les mains à la poubelle.

« J'ai trouvé ça sur la table, là-bas. Je suppose que c'est à toi, puisque t'es la seule à crayonner parmi les résidents. Je vais t'aider à ranger, je suis peut-être froide mais j'ai des principes. Et puisque c'est ma faute si on en est là, je dois le faire. »

Karine reconnut instantanément le dessin de Maria qu'elle venait de réaliser, mais hésita à le reprendre. Elle ne l'avait pas oublié dans la salle volontairement. Le terme inconsciemment serait plus juste. Elle n'avait aucune envie de le garder. Il la faisait souffrir, remuant en elle toute la haine et tout le désespoir qu'elle ressentait à l'idée qu'elle avait pu s'amuser à la faire pleurer. Elle résista à la tentation de le prendre pour le déchirer, car elle ne s'en sentait pas la force. Cette fille avait beau lui faire du mal, elle était toujours attachée à elle. Peut-être que c'est parce qu'elle avait été trop lente à réagir, mais Emily posa le dessin sur la table. Karine le suivit des yeux, mais n'esquissa pas le moindre geste pour le reprendre.

"Merci. J'ai failli l'oublier. Et ne te sens pas obligée de m'aider. J'ai l'habitude de me taper les corvées, ça me fait ni chaud ni froid."

Karine fronça les sourcils malgré elle en disant ça. En fait, cette histoire de principes lui mettait des bâtons dans les roues. Disons qu'elle n'était pas vraiment enchantée à l'idée de ranger avec une fille qui lui grognait dessus toutes les cinq minutes. Comme Emily commençait à ranger sans tenir compte de sa remarque, elle fit de même, en espérant que le silence durerait le plus longtemps possible. Elle avait bien vu une lueur d'intérêt dans les yeux de la brune lorsqu'elle avait jeté un œil au dessin, et elle n'avait pas vraiment envie de faire les frais de sa curiosité. Si elle se mettait à lui poser des questions sur Maria, elle n'était pas sûre de pouvoir garder son sang-froid. Mais au bout de quelques instants, Emily reprenait déjà la parole.

« Comment tu t'appelles ?

Karine. Je suis ici depuis trois jours.

Et qui représente ce portrait ? Elle est belle, c'est ta sœur ? »


Elle se figea, ne sachant que répondre. Son regard bleu gris évoquait toujours tantôt la froideur de la glace, tantôt l'éclat métallique d'une lame. L'indifférence à l'état pur. Mais pendant quelques instants, il n'évoquait rien à part la douleur sourde et la tristesse qu'elle éprouvait. Puis elle cilla, et le masque d'indifférence qu'elle arborait en toutes circonstances camoufla à nouveau la souffrance qu'avaient remué ces deux seules questions. Elle répondit d'une voix faussement calme et assurée.

"Bah, c'était ma meilleure amie. Mais c'est du passé, tout ça. Ca n'a plus aucune importance."

Plus aucune importance? Intérieurement, elle avait presque envie de se moquer d'elle-même. Si elle ne pouvait s'empêcher de se remémorer des scènes où Maria l'avait blessée, c'est qu'elle n'avait jamais été sans importance. D'accord, leur amitié faisait maintenant partie du passé, mais Karine n'avait jamais pu oublier le passé. Les choses changeaient toujours, mais ce n'était pas une raison pour ne pas prendre la peine de se souvenir de comment elles étaient avant.

Elle regarda Emily se remettre à balayer, mais avant de s'y remettre, elle s'approcha du dessin. Il était très réaliste. Trop réaliste. Le regarder lui faisait presque aussi mal que si elle avait en face la vraie Maria. Elle le prit dans ses mains, comme pour le déchirer, mais elle ne put s'y résoudre. Avec un soupir, elle le regarda plus attentivement, et ne put s'empêcher de détailler la moindre expression pour comprendre sa réaction. Aveuglée par le chagrin, elle n'avait pas eu le temps de se livrer à ce type d'examen lorsqu'elle l'avait eue en face. Aussitôt, des incohérences la frappèrent. Elle n'était ni psychologue ni médecin ou quoi que ce soit d'autre, mais elle connaissait Maria par cœur. Et sur son dessin, le sourire faux et le froncement de ses sourcils étaient clairs. Elle avait regretté. Et si on l'y avait forcée?

Elle prit le dessin et le rangea dans sa sacoche. Ce n'était pas vraiment le meilleur moment possible pour jouer les enquêteurs. Elle aurait tout le temps nécessaire plus tard. Pour le moment, il y avait d'autre priorités, comme ranger la salle, et s'assurer qu'Emily ne gaffe pas encore comme elle l'avait fait avec la cigarette. Karine se remit à ramasser tout ce qui traînait, et au passage, lança avec sa nonchalance habituelle:

"Tu as un truc, genre du parfum, pour cacher l'odeur de la cigarette quand tu sortiras? Parce que sinon les surveillants te tomberont dessus en deux secondes."

Elle ne se souciait pas vraiment de ce qui pourrait arriver à la brune. A la vérité, elle avait plus peur de perdre en si peu de temps la confiance des surveillants. Parce que si elle se faisait prendre, elle pouvait dire adieu à sa liberté de mouvement. Et ils finiraient forcément par découvrir son atelier dans ce cas-là. Et c'était la dernière chose au monde qu'elle voulait.
Modo
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 189
Date d'inscription : 12/04/2013
Localisation : Nowhere.

DOSSIER
ÂGE : 21 ans
PROBLÈME : Thanatophobe - peur de la mort.
LIBRE RP : Oui mais lente. >W
MessageSujet: Re: Peintre vs crayon, premier round (Emily)   Mar 3 Juin - 19:16
(post à faire, je réponds dans la semaine.)
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Peintre vs crayon, premier round (Emily)   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Harry Roselmack : Premier JT ce soir à 20 heures
» Sarkozy, premier bilan
» que pensez vous de mon premier leappad?
» Quizz Beauté "mon premier, mon dernier"
» TD Premier quadri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hold my Hand :: Zone RP internat :: Premier étage :: Salle principale-