AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 
It's no more time to play, girl [Suzuka]

Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Ven 6 Juin - 16:54


It's no more time to play, girl




Karine étouffa un bâillement en sortant de l'institut pour prendre un peu l'air. La nuit était tombée depuis un petit moment déjà. Et il ne restait personne dehors. Elle le savait, elle avait passé son temps à surveiller les allées et venues des pensionnaires, comme d'ordinaire, en griffonnant sur son carnet, dans le hall, assise dos à un mur. Il ne restait absolument personne, sauf elle. Cette fille. Ce n'était pas un hasard. Ca faisait des jours qu'elle cherchait à obtenir ce tête à tête. Kealey... Cette peste avait failli la faire renvoyer de l'institut en la faisant passer pour un monstre qui brutalisait les autres pensionnaires. Alors que c'était Kealey qui l'avait attaquée! C'était elle qui s'en était prise à elle pour se défouler, alors qu'elle faisait juste des recherches à la bibliothèque. En tout cas, c'était de justesse que Karine ne s'était pas faite virer, et elle lui en voulait vraiment. Elle était quelqu'un qui n'oubliait pas facilement les événements et de ce fait, elle était plus qu'un peu rancunière. Tant qu'elle n'aurait pas obtenu des excuses et des explications, elle ne pourrait pas pardonner ou oublier ce geste de violence verbale et physique gratuite. Alors elle allait les obtenir. Et cette fois, cette peste aurait beau appeler, personne ne pourrait venir l'aider. Les pensionnaires faisaient un tel boucan, à l'intérieur, que même si elle hurlait, Karine doutait que quiconque ne l'entende. Elle était coincée.

Kealey était assise sur une des balançoires, dos à l'entrée de l'institut. Parfait. Elle n'avait pas pu la voir sortir. Karine s'approcha en silence dans le dos de Kealey, en s'assurant que cette dernière ne risquait pas de la repérer, puis arrivée à un mètre d'elle, elle se racla la gorge. L'effet fut immédiat. C'est limite si en sursautant, Kealey ne tomba pas à plat ventre comme une larve. Karine n'en espérait pas tant. Elle esquissa un sourire amusé, et posa ses yeux bleu glacé, impitoyables, sur elle.

"Tu te souviens de moi? Moi j'ai pas oublié ton petit "jeu". Et j'ai pas vraiment apprécié. T'as quelque chose à dire pour ta défense?"

Karine s'interrompit un instant, et son sourire disparut. Quelque chose clochait. C'était comme après leur combat, quand Kealey avait été emportée à l'infirmerie. Quand elle s'était mise à pleurer. Son attitude... La peur qu'elle pouvait lire dans le regard de la blonde... Ca ne correspondait pas à la Kealey qu'elle connaissait. On avait l'impression qu'elle allait s'enfuir ou s'évanouir d'une seconde à l'autre, alors que la "vraie" Kealey n'avait reculé devant aucune menace, la dernière fois.

"C'est quoi ton problème? C'est la nuit qui te fiche la trouille comme ça, ou quoi?"

On sait jamais, peut-être qu'elle avait la phobie de la nuit. Mais en même temps ça ne collerait pas, à moins qu'elle ait aussi peur des contacts physiques. Dans tous les cas, cette fille n'était certainement pas celle à qui elle avait envie de casser la figure. Celle là la faisait presque culpabiliser. Elle avait de la pitié pour elle. Enfin, zut! Il fallait qu'elle se reprenne. On a pas pitié de son ennemi. Ou de sa sœur jumelle froussarde. Ca y est, elle était partie dans les hypothèses bizarres. Elle ferait mieux de se concentrer sur elle pour comprendre ce qui lui passait par la tête. Et s'assurer aussi qu'elle ne puisse pas regagner l'institut aussi. Bien. Et maintenant?
Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Dim 8 Juin - 21:10


...♪♫...

Vous étiez tranquillement sur une balançoire. Vous tenant fermement aux chaînettes, sans pourtant vous balancez. Vous regardiez les gens rentrer dans l’institut, petit à petit, au fur et à mesure que la nuit tombait. Mais vous, vous ne vous s’en souciez pas. Ni de la nuit, ni du léger air frais qui commencer à tomber. Non vous étiez inquiètes. Inquiète sur l’autre réapparaisse. Quelque jours est passé depuis votre réveille à la bibliothèque pourtant vous aviez encore mal. Au final vous n’aviez pas su ce qui c’était passé. Vous n’aviez pas non plus cherché, trop effrayée par les dégats que l’autre aurait pu causer.
Vous tiriez doucement sur votre jupe, essayant de faire disparaître ce mal-aise que vous ressentiez. Vous vous mites à vous balancez doucement, regardant le bout de vos rangers, alors que le parc était officiellement vide.
Seule vous et votre peur étaient encore présent en ses lieux. Vous vous souveniez de la boule à la gorge que vous aviez eu quand vous étiez enfin retournait dans votre chambre. La terreur quand vous retrouviez votre journal. Vous fermiez les yeux serrant vos poings, arrêtant de vous balancer.
Vous vous rassuriez vous-même, alors qu’un raclement de gorge se fit entendre. Vous sursautiez violement, vous relevant et vous retournant, tandis que la personne parla. Vous vous figez, effrayé par cette jeune fille, blonde, qui dardait un regard à vous pétrifier sur place sur vous. Vous ne la connaissiez ni d’Adam ni d’Eve, et elle semblait déjà vous détester. Même son sourir, n’était pas chaleureux mais plus moqueur. Votre cerveau mis quelques secondes à décrypté les paroles de la jeune femme.

"Tu te souviens de moi? Moi j'ai pas oublié ton petit "jeu". Et j'ai pas vraiment apprécié. T'as quelque chose à dire pour ta défense?
"
Ces paroles vous plongez dans une terreur sans nom. Vous trembliez légèrement, tirant vos manche de votre pull. Vous cherchiez des yeux un moyen de rentrer dans l’institut dans que la jeune femme vous arrête. Malheureusement pour vous, aucune retraite possible.

"C'est quoi ton problème? C'est la nuit qui te fiche la trouille comme ça, ou quoi?"

Vous regardiez furtivement votre « camarade » , qui malheureusement pour vous, ne semblez toujours pas vous portez dans son cœur, ou vouloir vous laisser. Vous vous demandiez qui était-elle, et ce que l’autre avait bien pu vous faire. Tout comme l’autre, la jeune fille semblait sûre d’elle, et le genre un peu impulsive. Mais, paradoxalement, elle semblait réfléchit. De l’impulsivité réfléchis.
Votre problème était dans votre tête. Et non vous n’étiez pas effrayé par la nuit mais par la jeune fille.
Vous bafouillez, tirant sur vos manches evitant au maximum de regarder la jeune fille,le stresse bloquant votre cerveau, mélangeant les langues que vous connaissiez.

« N…. Je….. Ano….Ich….Nei…. Non je… désolée je te connais pas….Je…. traurig…. Euh Désolée…. »

Vous vous taisiez, sur le point de pleurer. Déglutissant, vous prîtes une grande inspiration avant de lui dire

« Quoi que l’autre est pu vous faire désolée »

Puis vous vous enfuiyez , lui tournant le dos, droit sur les tobbogans. Malheureusement vous aviez encore mal aux jambes, et la jeune fille semblez pouvoir largement vous rattraper… de toute façon, vous trébuchiez sur un caillou.
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Sam 21 Juin - 13:51


It's no more time to play, girl




Karine dut prendre sur elle pour garder un air neutre en observant la réaction de Kealey. Comme à la fin de leur combat, elle ne comprenait pas. Quelque chose n'allait pas. Sa réaction ne collait pas. L'adolescente était passée maître dans l'art de lire le langage corporel, et celui de Kealey était plus que clair. Cette manie de tirer sur ses manches en permanence... Le fait qu'elle tremble... Celui qu'elle n'ose pas la regarder dans les yeux...  Si c'était bien elle, elle avait complètement perdu ses moyens, ça c'était sûr. Elle était clairement morte de trouille. Et ça la mettait carrément mal à l'aise. Elle n'aimait pas la violence gratuite, ça l'avait toujours écœurée, alors déjà que l'idée de se venger ne lui plaisait pas totalement, que Kealey réagisse de la sorte... Elle n'avait pas voulu ça. Elle avait voulu lui faire un peu peur, à la limite une revanche, mais avant tout des explications. Et dans cet état, elle ne risquait pas vraiment de lui en donner. Terrorisée à ce point...

"N…. Je….. Ano….Ich….Nei…. Non je… désolée je te connais pas….Je…. traurig…. Euh Désolée…."

Ouah... Elle avait compris qu'elle la terrorisait, mais au point de la faire bredouiller de la sorte...? On avait l'impression que ses neurones avaient fondu sur le coup. Bon, en fait, c'était surtout que Karine n'ayant aucune culture, elle n'avait pas réalisé que cette fille s'était mise à mélanger différentes langues. Après tout, la seule que l'adolescente connaissait était l'anglais, et même si elle comprenait depuis quelques temps quelques mots d'allemand, elle était incapable de différencier le charabia des langues étrangères. Alors pour elle, c'était tout simplement comme si Kealey s'était mise à raconter n'importe quoi sur le coup de la panique. Oh non. Et maintenant les larmes lui montaient aux yeux. Là, s'en était définitivement trop pour Karine. La cruauté, ce n'était pas du tout son rayon, et la seule chose que lui évoquait cette fille désormais, c'était un pauvre chaton terrorisé, et plus une ennemie jurée contre laquelle elle voulait se venger. Ironique, quand on savait que cette même fille s'était moquée d'elle en la comparant à un chaton. Mais dans tous les cas, peu importe, on ne s'en prenait pas à un chaton apeuré et sans défense, à moins d'être un monstre. Ce qu'elle ne voulait pas être.

"Quoi que l’autre ait pu vous faire désolée "

Karine fut prise de court, plongée dans ses pensées, lorsque Kealey se remit à parler, avant de s'enfuir en courant. Elle s'était tellement focalisée sur son expression corporelle et sur ce qu'elles deux pouvaient ressentir qu'elle n'avait pas eu le temps de voir qu'elle s'apprêtait à fuir pour de bon. Le temps que Karine s'élance à sa poursuite, Kealey était déjà en train de trébucher. Elle ne put que la regarder s'écrouler avec une grimace, se sentant encore plus coupable. Elle avait dû se faire mal. Surtout si elle ne s'était pas totalement remise de leur bagarre. Après tout, elle n'en savait rien, mais elle même avait eu du mal à s'en remettre. Cela ne faisait que depuis la veille qu'elle arrivait à marcher sans aide, et elle avait failli s'effondrer elle aussi en courant. Après tout, elle n'avait pas l'habitude de courir en boitant, et un peu plus et elle perdait son équilibre. Enfin il y avait d'autres priorités que sa jambe, pour le moment. Comme Kealey, par exemple.

Karine se stoppa juste à côté d'elle, et fronça les sourcils, inquiète. Toute son hostilité s'était à présent évaporée, et elle en avait presque oublié sa vengeance. Presque, parce qu'il n'y avait pas grand chose qu'elle soit capable d'oublier. Elle s'accroupit à côté d'elle pour voir si elle était toujours consciente, par réflexe. De toute évidence, elle l'était parfaitement. Elle était juste pétrifiée par la peur, et puis elle devait savoir pertinemment qu'elle n'avait plus vraiment de chance de s'enfuir, avec Karine à moins d'un mètre d'elle.

"Hey, Kealey, ça va? Tu t'es pas fait trop mal?"

Bon... Ca risquait de paraître plus que bizarre qu'elle se soucie de celle qu'elle avait cherché à terrifier auparavant. Il fallait peut-être quelques explications. Oh et puis la flemme de mentir hein... Elle allait être franche, une bonne fois pour toutes.


"Désolé, je voulais pas te faire peur à ce point. Je pensais pas que tu serais terrifiée par si peu... Je cherche juste à comprendre ce qui s'est passé. Ca va aller?"
Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Dim 22 Juin - 12:48


...♪♫...

Vous vous étiez bien rendu compte que vous l’aviez surprise. Vous aviez compris que ce n’était pas vous qu’elle en voulait, mais à l’autre. Pourtant vous aviez peur qu’elle aussi pense que vous jouiez la comédie, comme l’avez pensé autrefois votre mère.  Mais vous étiez terrifié, une fois de plus par votre autre vous. Petit oisillon dans votre prison dorée que vous étiez ne pouvez que l’être devant cette oiseau violent qui faisait tout pour briser cette cage, qui volait libre.
Vous trébuchiez, les larmes coulaient légèrement. La peur associé à la douleur vous faisiez craquer. Il n’y avait pas que la douleur de la chute vous n’aviez que les mains égratignées et le genou amoché. Non les douleurs de la dernière fois n’étaient pas totalement guéries. Qu’avez-vous fait ? Vous essayez de vous reprendre. La honte de pleurer vous prenez. Vous qui vouliez changer, vouliez-vous battre vous s’étiez mal partit. Même si l’on devait vous l’accordez, vous meniez une bataille difficile. C’est plus dur de se battre contre-soi-même, que contre une personne.
Vous entendiez la jeune fille s’approcher de vous, et se stoppez au dessus de vous. Vous déglutir fermant les yeux, figés. Vous ne les ré-ouvrir pour le tourner vers l’endroit ou semblez être la jeune fille, et sursauter de la voir accroupit  à vos côtés,

"Hey, Kealey, ça va? Tu t'es pas fait trop mal?"

Vous vous asseyez, surprise par l’attitude de la jeune fille, sincèrement inquiète pour vous . Son hostilité et sa haine de tout à l’heure semblait avoir disparu. Cela vous touchez. Vraiment, vous ne vous attendiez pas à ce qu’une des victimes de l’autre puisse s’inquiéter pour vous.

"Désolé, je voulais pas te faire peur à ce point. Je ne pensais pas que tu serais terrifiée par si peu... Je cherche juste à comprendre ce qui s'est passé. Ca va aller?"

Vous hochiez de la tête. C’était tout à fait légitime après tout. Le ‘si peu’ vous fit tiquer un peu. Après tout un inconnu qui vous darder un regard plein de haine, surtout quand l’on avait un regard aussi impressionnant que la jeune fille, il y avait de quoi avoir peur. Mais vous ne répliquiez rien. Vous essuyez les larmes sur vos joues avec votre manche, avant de répondre à la jeune fille.


« Ça…. Ça va merci…. »

Un petit sourire pour la rassuré, nait sur vos lèvres, avant de disparaître aussi tôt. Vous la regardiez un instant, avant de soupirer et de vous relever. Vous la regardiez tristement, essayant de vous mettre à sa place. Une fille vous embête, vous entraines dans une merde quelconque ou autre connerie avant de disparaître. Puis quand vous la retrouviez, elle est totalement différent et semble carrément avoir peur de vous.   Rien de plus perturbant. Habituellement, les gens se contentaient de vous tabasser. Pourtant la jeune femme devant elle ne l’avait pas tabassait.

‘’ Ne t’inquiète pas…. Je… J’ai l’habitude’’

Vous laissiez couler un petit rire nerveux.

‘’ Désolée de … te de… demander ça mais…. Tu es ? Et qu’es que l’aut….. Je t’ai fait »….

Vous observiez la fille, espérant qu’elle éclairer votre lanterne. Vous aviez décidé d’affronter l’autre…. Ou du moins de ne plus faire l’huitre sur ses agissements. Ce n’était peut-être rien , mais pour vous c’était un très grand pas.
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mar 24 Juin - 7:29


It's no more time to play, girl




Karine fut rassurée de la voir s'assoir sans difficulté, indemne. Enfin presque. Un coup d'œil lui apprit qu'elle s'était quand même égratigné les mains, et fait mal au genou... Sans parler des coups qu'elle lui avait donné la dernière fois. Elle devait encore avoir mal, vu les précautions qu'elle prenait. L'adolescente se mordit la lèvre inférieure, la culpabilité l'envahissant à nouveau. Enfin Kealey avait l'air moins effrayée, au moins. Elle devait avoir compris que l'adolescente ne comptait pas réellement lui faire du mal. Après tout, si elle avait cherché à l'intimider, c'était uniquement parce qu'elle pensait que sans ça la petite blonde se ficherait d'elle comme la dernière fois sans lui donner d'explications. Elle la regarda s'essuyer le visage avec sa manche pour en chasser les larmes, et attendit toujours accroupie à côté d'elle sa réponse.

"Ça…. Ça va merci…."

Le petit sourire de Kealey arracha à l'adolescente l'esquisse d'un sourire, qu'elle réprima par habitude. Elle n'aimait pas laisser paraître ses sentiments, alors instinctivement sur la défensive, elle faisait toujours son possible pour qu'ils ne se reflètent pas dans son attitude. En voyant que Kealey, après avoir soupiré, avait l'intention de se relever, Karine fit de même, et se redressa, pour qu'elles soient à nouveau à la même hauteur. Question de principe, il n'était pas question que l'une des deux puisse se sentir inférieure à l'autre... Le regard triste de Kealey et la pitié qu'elle y perçut acheva de troubler l'adolescente. Ce n'était pas possible. Cette fille n'était pas Kealey. Elle avait beau lui ressembler physiquement comme deux gouttes d'eau, son comportement était radicalement différent.

"Ne t’inquiète pas…. Je… J’ai l’habitude."

Le rire nerveux de Kealey sortit Karine de ses pensées, et elle se remit à la dévisager. Qui disait rire nerveux disait souvent malaise. Bon en même temps ça se comprenait, si elle avait sincèrement cru qu'elle comptait s'en prendre à elle, difficile d'être à l'aise maintenant qu'elles se trouvaient face à face. D'autant que la manie de Karine de cacher ses sentiments ne devait pas beaucoup l'aider à se rassurer. Après tout, on dit souvent que les personnes sans cœur font de parfaits psychopathes. Et on associait souvent le fait d'être sans cœur au fait d'être insensible, donc de ne pas avoir de sentiments... Oui bon, restait à espérer que Kealey n'irait pas aussi loin dans son raisonnement. Karine avait beau savoir se débrouiller avec les gestes de premier secours, elle n'avait pas besoin de provoquer une crise cardiaque, déjà qu'elle avait failli être virée... De toute évidence, pour le moment, Kealey était avant tout triste pour elle, et surprise. Probablement parce qu'elle ne comprenait pas que Karine ne lui veuille pas de mal. Elle jouait bien la comédie, et tout à l'heure elle avait peut-être été plus crédible que nécessaire en jouant les brutes menaçantes. Enfin...

"Désolée de … te de… demander ça mais…. Tu es ? Et qu’es que l’aut….. Je t’ai fait"….

Karine cilla quelques secondes, en l'entendant lui demander comment elle s'appelait. Oui, bon, c'est vrai que si elle n'était pas Kealey, elle ne pouvait pas trop le savoir... Mais dans ce cas...

"Pardon, c'est vrai... Moi, c'est Karine. Mais juste... Tu parles tout le temps de l'autre... Ca veut dire que... Tu n'es pas Kealey? Et alors, qui es tu?"

Karine fronça les sourcils, ayant déjà oublié qu'elle lui avait demandé d'expliquer ce qui s'était passé. Elle était à nouveau plongée dans ses pensées, se demandant comment était il possible que cette fille qui ressemblait tellement à Kealey puisse ne pas être elle...

"Tu aurais pas une sœur jumelle? Genre, une sœur jumelle... maléfique?"

Et puis tout à coup, son cerveau sembla réaliser que quelque chose clochait, et qu'en fait elle n'avait pas répondu à sa question. Elle allait garder cette information en mémoire en attendant sa réponse. Après tout, si elle devait tout lui raconter, comment Kealey lui était tombée dessus, comment elles s'étaient battues jusqu'à ce qu'elles soient interrompues, toutes les deux en piteux état... Ca risquait de prendre un certain temps. Et elle voulait quand même ses réponses. Mais d'ailleurs... Si cette fille n'était pas Kealey... Comment pouvait-elle encore souffrir des coups que s'était pris l'AUTRE?! Karine dévisagea la jeune fille qu'elle avait en face d'elle en silence, complètement stupéfaite. Cette histoire était une vraie énigme pour elle. Restait à espérer que Kealey, ou qui que soit cette fille, avait une réponse. Sinon elle allait faire un claquage de neurones avant la fin de la soirée...
Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mar 1 Juil - 17:27

...♪♫...

Elle ne vous brusqua pas, vous souris même. Juste une légère esquisse, mais un sourire tout de même. Elle ne semblait pas le genre de personne très expressive. Cela vous intrigua. Pourquoi se cachait-elle ? Avait-elle peur que quelqu’un se moque d’elle ? La blesse ? Elle vous suivit lorsque vous vous releviez.
La jeune fille vous dévisagiez. Cherchez-t-elle l’autre dans votre langage corporel ? Vous lui donniez des coup d’oeils, espérant pouvoir avoir quelque chose pour vous raccrocher. Une lueur de sympathie, un sourire.

"Pardon, c'est vrai... Moi, c'est Karine. Mais juste... Tu parles tout le temps de l'autre... Ca veut dire que... Tu n'es pas Kealey? Et alors, qui es tu?"


Vous vous troubliez. Vous perdant dans vos pensée. Qui vous étiez ? Vous n’étiez plus sûr. Un nom, un prénom, un visage, son propre corps représenté une grande partie d’une identité. Sauf en cas de gémellité ou d’avoir un Siamois bien sûr. Mais vous, vous partagiez le tout avec une personne qui n’était pas vous. Une personne qui vous blessiez, sans vous puissiez vous defendre, vous rendre. Vous aviez trop peur de vous faire du mal. Vous n’aviez parfois pas contrôle de votre propres corps. C’était surement le plus effrayant. Ne plus avoir le contrôle sur son corps, et ne pas s’en souvenir.
Karine elle, semblait perdu. Qui le serait pas ? Vous-même l’étiez.


"Tu aurais pas une sœur jumelle? Genre, une sœur jumelle... maléfique?"


Vous souriez, doucement amusé à l’idée d’avoir une sœur jumelle maléfique. Vous auriez préférez. Au moins avoir une sœur vous aurez peut-être permis de ne pas développer l’autre dans votre tête. Peut-être que vous auriez pu lui parler. Oui vous rêviez soudainement de cette sœur que vous n’auriez jamais. Juste un court instant. Vous lui souriez doucement. Avant de lui répondre doucement. Après tout, votre voix n’était pas particulièrement forte. Plus douce, comme si vous aviez peur que quelqu’un vous entende.

‘ Enchantée. Je…. Désolée si je l’ai sous-entendu mais… Je n’ai jamais dit que je n’étais pas Kealey. »

Un autre sourire. Partagée entre le sentiment d’être désolée, et la tristesse que vous ressentiez. Parler de l’autre vous blesser un peu quelque part. Vous refusiez de lui donner une réalité de vous-même. Ne la nommant que sous le nom de ‘’l autre’’.

« Je m’appelle bien Suzuka Kealey . et je suis bien la fille que tu as du rencontrer…. Plus ou moins.»

Vous inclinez légèrement de la tête. Tandis que Karine était stupéfaite.  Vous n’arriviez pas à la dire. Ce n’était pas pourtant très compliqué. N’est-ce pas ? Vous aviez juste à lui dire ‘’je souffre d’un dédoublement de personnalité.’’ Mais vous ne pouviez pas. Vous vous sentiez ridicule. Mais puisque les mots ne voulait sortir, vous vous contentiez des gestes. Doucement vous déclariez.

«  Pour être précise, elle est là….. L’autre ! »

Vous tapiez doucement votre temps de votre index. Vous faisiez souvent se geste devant la psy. Vous n’étiez pas seul dans votre tête. Inconsciemment, mais petit à petit, on avait envahi votre cerveau, votre corps,  votre esprit. Un jour, sans prévenir, vous n’étiez plus seule. Les pensées étaient les choses les plus secrète, les plus intimes. Mais pas pour vous. On vous espionnez. Vous jugez.
L’autre était là
.
Spoiler:
 
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mer 16 Juil - 14:20


It's no more time to play, girl




En voyant Kealey se mettre à sourire doucement, Karine réalisa à quel point sa question était ridicule et déplacée. Une sœur jumelle maléfique... N'importe quoi. Peut-être que finalement elle avait déjà perdu le peu de neurones qu'il lui restait... Ou alors! Ou alors elle avait vu juste et c'était pour ça qu'elle souriait! Oui, non, décidément, pas moyen de savoir si c'était la nuit, la fatigue ou juste la nature de Karine, mais plus ça allait, plus ses "théories" étaient bizarres et ridicules. Enfin c'était surtout inutile. Parce qu'après tout, Kealey, enfin plutôt cette fille qui ressemblait à Kealey mais ne l'était pas, allait certainement apporter la réponse à sa question, alors à quoi bon chercher avec autant d'acharnement quelque chose qu'on allait lui expliquer?

"Enchantée. Je…. Désolée si je l’ai sous-entendu mais… Je n’ai jamais dit que je n’étais pas Kealey."

Ah ah ah... Heureusement que Karine était capable de se maîtriser un peu, parce que sans ça, la lueur de surprise dans ses yeux écarquillés se serait transformé en un gros "WHAAAAAAT?!" bien bruyant, et qui aurait probablement bien fait peur à cette fille, qui n'était pas Kealey mais qui en fait était potentiellement Kealey, et... Oui, c'était tout simplement incompréhensible, pour Karine. Elle était totalement perdue. Cette fille ne pouvait pas être Kealey, c'était ce qu'elle avait pensé après un peu de réflexion. Son attitude, les pensées et émotions que reflétaient son expression corporelle et son visage... C'était une personne totalement différente psychologiquement qu'elle avait en face d'elle. Mais en même temps... Ca expliquerait le fait que cette fille souffre des mêmes contusions que celles que Kealey devrait avoir, et qu'elles soient physiquement identiques. Mais alors, comment...?

"Je m’appelle bien Suzuka Kealey . et je suis bien la fille que tu as du rencontrer…. Plus ou moins. Pour être précise, elle est là….. L’autre !"

Karine chassa la stupéfaction de son visage pour froncer les sourcils, en voyant l'adolescente se taper doucement la tempe du bout du doigt. Cette fille était bien Kealey, donc... C'était son nom de famille qu'elle lui avait donné quand elles s'étaient rencontrées. Mais ça restait difficile à comprendre. Suzuka était Suzuka, et Kealey était une autre personne, mais Suzuka était quand même Kealey...? Et Kealey était... dans sa tête? Les yeux de Karine s'écarquillèrent à nouveau lorsqu'enfin elle comprit ce que ça signifiait. Kealey et Suzuka étaient la même personne, physiquement, mais leur personnalité était radicalement différente... Elle avait entendu parler de ça. Ca expliquerait tout...

"Tu veux dire que... Tu as un dédoublement de la personnalité? Il y a toi, et Kealey, dans le même corps, et selon le moment c'est soit toi soit elle qui est là?"

Karine dévisagea l'adolescente et un sourire désolé apparut sur son visage. Pour une fois elle ne le fit pas disparaître, se doutant que son attitude fermée ne devait pas beaucoup rassurer Kealey... Enfin Suzuka, actuellement, si elle comprenait bien. Elle se sentait sincèrement mal pour elle. A côté de son trouble, sa phobie paraissait largement négligeable. Après tout, elle, elle n'avait pas à subir les conséquences des actions qu'une autre commettait, sans même savoir de quoi il s'agissait. En parlant de ça, elle lui devait toujours des explications, non? Maintenant qu'elle avait eu la réponse à sa question, et qu'elle avait enfin compris ce qui s'était passé, c'était la moindre des choses qu'elle pouvait faire pour elle.

"Ok... Je suis désolée de t'avoir fait peur comme ça, alors. Je voulais juste régler mes comptes avec Kealey et comprendre pourquoi elle avait agi comme ça, mais je verrai ça plus tard. Et cette fois je m'assurerai de lui faire le moins mal possible, physiquement. Je m'excuse, d'ailleurs, pour la dernière fois. Tu dois encore avoir mal, non?"

Elle jeta elle même un regard à sa jambe qui la faisait encore souffrir depuis que Kealey l'avait frappée avec un pied de table défoncé pour la faire chuter... Elle risquait de boiter encore un bon moment avant de pouvoir remarcher normalement. Et Suzuka? Elle ne se souvenait plus de ce qu'elle lui avait fait la dernière fois. Le souvenir de leur combat était devenu un peu flou dans sa mémoire. Elle se souvenait surtout du sourire narquois de Kealey et des sales coups qu'elle avait encaissés elle, vu que ça lui faisait encore mal.

"En fait, ce qui s'est passé, c'est que j'étais en train de dor... faire des recherches à la bibliothèque quand Kealey s'en est prise à moi. Elle a tout fait pour me mettre en colère et me pousser à me battre contre elle. Elle voulait se défouler, et je le reconnais, j'en avais besoin aussi... Alors on s'est battues jusqu'à ce que j'arrive à l'immobiliser. Et parce qu'elle a très bien joué la comédie, et que des adultes sont entrés à ce moment là, j'ai fini chez le directeur, et j'ai failli me faire virer... C'est pour ça que je voulais la... Enfin te retrouver, pour avoir des explications. ... Oui bon et je voulais un peu me venger aussi. Mais du coup, je ne peux pas me venger sur toi, tu n'y es pour rien, alors..."

Karine soupira, et leva les yeux au ciel, contemplant pendant quelques secondes les milliers d'étoiles qui observaient tranquillement la scène. Que pouvait-elle bien faire maintenant, dans ce cas? Que pouvaient-elles bien faire? En s'entraidant, peut-être qu'elles pourraient améliorer la situation...?
HRP:
 
Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Dim 10 Aoû - 11:26

...♪♫...


Vous aviez remarqué la lueur de surprise dans les yeux de Karine. D'ailleurs, elle avait de magnifique yeux bleu. Puis de la reflexion. En même temps, vous lui enviez donner matière à réfléchir dans votre couardise. Ses sourcils fronçais, vous aviez eu peur un instant de l'énerver. Juste un leger instant. Mais ça ne semblait pas être le cas. Elle n'était pas stupide. C'est la réflexion que vous aviez faites, après qu'elle prononça :

"Tu veux dire que... Tu as un dédoublement de la personnalité? Il y a toi, et Kealey, dans le même corps, et selon le moment c'est soit toi soit elle qui est là?"

Vous acquissiez doucement, et elle semblait s'ouvrir en quelque sorte. Un sourire désolé apparut sur ses fines lèvres. Sourire auquel vous répondiez par un sourire un peu génée. Vous n'aimiez pas trop qu'on s'appitoie sur votre sors, autant que ça vous faisiez plaisir que quelqu'un se préoccupe un peu de vous. Vous vous demandiez un instant quesque faisait votre jeune Camarade ici. Avait-elle une phobie ou un trouble ?
Elle semblait tellement forte à vos yeux. Vous penchiez plus vers un trouble qu'une phobie. C'était idiot comme raisonnement, mais elle vous semblez trop forte pour avoir peur de quoi que ce soit. Ce fut elle qui vous coupa de vos pensée.

"Ok... Je suis désolée de t'avoir fait peur comme ça, alors. Je voulais juste régler mes comptes avec Kealey et comprendre pourquoi elle avait agi comme ça, mais je verrai ça plus tard. Et cette fois je m'assurerai de lui faire le moins mal possible, physiquement. Je m'excuse, d'ailleurs, pour la dernière fois. Tu dois encore avoir mal, non?"

Vous  hochiez doucement de la tête . Ce n'était pas grave. Vous aviez a peine remarquez son regard vers son genou. Vous même vous le regardiez, vous demandant ce qu'il y avait sur son genou. L'avait-elle blessez à cette endroit ? Plus vous y pensiez, plus vous vouliez savoir ce qu'avait l'autre. Pourquoi avait-elle décidé soudainement d'attaquer la jeune femme ? Puis ce fut la voix de la jeune fille que vous coupez de vos interrogation y répondant même par la même occasion.

"En fait, ce qui s'est passé, c'est que j'étais en train de dor... faire des recherches à la bibliothèque quand Kealey s'en est prise à moi. Elle a tout fait pour me mettre en colère et me pousser à me battre contre elle. Elle voulait se défouler, et je le reconnais, j'en avais besoin aussi... Alors on s'est battues jusqu'à ce que j'arrive à l'immobiliser. Et parce qu'elle a très bien joué la comédie, et que des adultes sont entrés à ce moment là, j'ai fini chez le directeur, et j'ai failli me faire virer... C'est pour ça que je voulais la... Enfin te retrouver, pour avoir des explications. ... Oui bon et je voulais un peu me venger aussi. Mais du coup, je ne peux pas me venger sur toi, tu n'y es pour rien, alors..."


Vous lui souriez doucement, vous aviez compris qu'elle dormait et non faisait des recherches. Elle avait faillit se vendre de toute façon. Vous vous assombrirez un peu. Vous vous en vouliez, même si ce n'était pas réellement vous, vous vous en vouliez d'avoir blessé la jeune fille.

''Ce n'est pas grave. Ne t'inquiète pas pour moi. J'ai l'habitude d'avoir mal. Mais toi ? Tu n'es pas encore blessé ?!''


Vous souriez un peu tristement. Après tout Kealey vous avez plus d'une fois attirer des ennuis, et blessée. Vous vous inquoiètez plus pour l'adversaire de Kealey. Pas qu'elle sois particulière forte physiquement, mais elle était tordu. Elle pourrait très bien frapper de toute ses force avec un objets quelconque dans un endroit ou elle pourrait faire des dégats
.
'Et, je suis désolée que l'autre t'es agresser. Même si tu dis que je n'y suis pour rien, je te presente quand même des excuses. Surtout qu'elle ai faillit t'attirer de plus gros ennuis. Et merci de ne pas te vengeais sur moi....''

La jeune fille regardait les étoiles en soupirant, Tandis que vous reflechissiez. Vous regrettiez de ne pas pouvoir prédire les actions de Kealey. Ni de pouvoir aider la jeune femme dans sa quête de sa vengeance envers Kealey.

''Mais.... La prochaine fois que tu la croises..... Hésite pas a te venger correctement d'accord ? Elle mérite vraiment de se prendre un raclée.''

Vous rougissiez un peu. Pour la première fois de votre vie, vous disiez ce que vous aviez sur le cœur. Vous étiez réellement franche. Peut être que l'assurance de la jeune fille vous donniez des ailes ? Oui votre raisonnement était complètement farfelus, mais vous espériez réellement d'avoir raison.

'Et.... Et si tu veux, je peux peut-être t'aider.....''

vous vous mordillez la lèvre inferieur, un peu stressé. Vous n'aviez jamais parler aussi longtemps à quelqu'un. Vous n'osiez jamais parler, de peur d'être embêtante, de trop. Mais quand vous voyez cette jeune fille, si forte, si sûr d'elle. Et pourtant si gentille avec vous, malgrès l'autre, vous aviez, pour la première fois, envie d'aider.

''Je.... Je veux dire.... On dit que... Il vaut mieux connaître son.... ennemis avant la bataille.... Même si c'est un peu.... Violent ? …. Mais... Je connais l'autre alors... Je sais pa...''


Vous rougissiez au fur et a mesure de vos paroles, vous taisant génée soudainement par vos propres. Comment aurait-elle besoin de vous ? Elle est tellement fort. Vous détourniez le regard, regardant sur le coté le sol tirant vos manches machinalement. La nuit était plutôt clair et agréable , malgrè la fraîcheur.
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mer 14 Sep - 13:42


It's no more time to play, girl





Lorsque Karine jeta un léger coup d'oeil vers Kealey, elle remarqua que son regard s'était assombri, et que son attitude avait un peu changé. Il y avait quelque chose de différent. Comme... de la culpabilité? Nan, ce n'était pas ça qui la surprenait. Il y avait autre chose, et même si c'était très diffus et léger, elle le sentait. Comme de la... détermination... Elle la dévisagea, intriguée. Ce qu'elle allait dire risquait d'être intéressant. Elle n'était peut-être pas si faible que ça.

"Ce n'est pas grave. Ne t'inquiète pas pour moi. J'ai l'habitude d'avoir mal. Mais toi ? Tu n'es pas encore blessée ?!"

Hum, l'inquiétude prenait quand même le dessus. Elle avait dû se trahir en jetant un coup d'oeil à sa jambe. Donc elle aussi était observatrice. Bon à savoir. Malgré elle, Karine se raidit et se referma un peu. Oui, c'était vrai, elle était encore affaiblie par leur dernier combat, en plus de ses problèmes de dos qui ne semblaient pas vouloir guérir complètement. Infirme, handicapée. Elle détestait se retrouver en position de faiblesse. Si jamais Kealey revenait, elle n'était pas sûre de pouvoir se défendre. Et la simple idée de ne rien pouvoir faire à part se protéger tant bien que mal... Elle recula soudainement d'un pas, sur la défensive, alors que des mauvais souvenirs lui revenaient en mémoire.

"Et, je suis désolée que l'autre t'aies agressée. Même si tu dis que je n'y suis pour rien, je te présente quand même des excuses. Surtout qu'elle a failli t'attirer de plus gros ennuis. Et merci de ne pas te venger sur moi...."

Karine se détendit un peu, et s'en voulut de s'être laissée emporter par sa méfiance. Elle n'avait pas de raison de se méfier d'elle. Cette fille ne ferait pas de mal à une mouche, et elle était au moins autant victime qu'elle, dans cette histoire. Elle plissa les yeux, détournant le regard, devinant que tôt ou tard, elle aurait à expliquer son geste. En attendant, que faire? Ignorer sa première question, mentir ou avouer sa faiblesse...? Elle serra le poing, s'emportant à nouveau.

"Je vais très bien merci. Je ne suis pas en sucre."

Nouvelle vague de culpabilité. Abrutie, cette fille était adorable, comment  avait elle pu lui répondre aussi méchamment! Du calme, une grande inspiration, et il était temps qu'elle aussi présente quelques excuses. Nouvelle hésitation. Pouvait elle vraiment? Elle jeta un regard à Suzuka, partagée entre la crainte de révéler des informations susceptibles de lui nuire, et la culpabilité. Puis elle soupira de nouveau, fermant les yeux.

"Désolé. Mais ça va."

Elle se mordit la lèvre, s'en voulant intérieurement, mais visiblement, Suzuka elle ne lui en voulait pas. Malgré elle, cette fille la touchait. Elle avait beau l'avoir quasiment agressée (après l'avoir blessée soit dit en passant), l'avoir terrorisée et rester froide avec elle, elle continuait de se répandre en excuses, et elle lui faisait assez confiance pour ne pas chercher à s'enfuir à la moindre occasion. Ou alors c'était ce courage et cette foi que Karine n'avait pas. Mais elle préférait éviter d'y penser, histoire de ne pas se contrarier à nouveau et le faire payer à Suzuka.

"Mais.... La prochaine fois que tu la croises..... Hésite pas à te venger correctement d'accord ? Elle mérite vraiment de se prendre un raclée. Et.... Et si tu veux, je peux peut-être t'aider....."

Un silence. Karine dévisageait Suzuka, profondément prise au dépourvu. C'était bien ça. C'était du courage et de la volonté qu'elle avait sentis en elle. Et pourtant, elle manquait tellement de confiance en elle, et était si facilement effrayée... C'était vraiment surprenant, et cela commençait à intriguer sincèrement l'adolescente. Elle restait silencieuse, devinant que Suzuka hésitait à ajouter autre chose.

''Je.... Je veux dire.... On dit que... Il vaut mieux connaître son.... ennemi avant la bataille.... Même si c'est un peu.... Violent ? …. Mais... Je connais l'autre alors... Je sais pas...''

Karine inclina la tête sur le côté, vraiment prise au dépourvu. Elle avait raison, et elle avait vraiment l'air de vouloir l'aider à la battre pour une fois. Et quelque part, c'était un peu touchant. A la fois elle lui demandait de l'aide, tout en essayant de se rendre utile. Ca avait l'air nouveau pour elle, à en croire ses tics d'anxiété. Mais elle semblait rassurée par quelque chose, assez pour oser parler d'elle même comme ça. Karine mit un peu de temps à comprendre que c'était son attitude à elle qui la poussait à prendre les devants de la sorte, étant donné qu'elle pensait au contraire l'intimider. C'était triste quelque part. Combien de personnes s'étaient sûrement contentés de juste détourner les yeux, ou avaient dû profiter de sa faiblesse, pour qu'elle en arrive à une telle confiance avec juste un peu d'attention? Enfin, en attendant...

"Suzuka... Tu as conscience que si je lui fais du mal, tu en souffriras aussi, pas vrai? Je ne pense pas que lui faire du mal arrangera quoi que ce soit de toute manière. Je ne cherche pas à me venger, je voulais juste m'expliquer avec elle."

Elle lâcha un soupir, et passa la main dans ses cheveux, un peu découragée. Elle savait que ce ne serait pas si simple, quand bien même elle arriverait à coincer Kealey. Et puis, qu'est-ce qu'elle cherchait, au final? Des excuses? Elle savait qu'elle n'en obtiendrait jamais de Kealey, ou du moins pas sans la traumatiser, et ça la dégoûtait rien que d'y penser. Elle posa à nouveau les yeux sur Suzuka, et une idée lui traversa l'esprit.

"Tu dis que tu la connais. Tu as déjà essayé de communiquer avec elle? Et est-ce que tu sais ce qui la pousse à agir comme ça, à faire du mal aux gens?"

Elle se mordit la lèvre, réalisant qu'elle venait d'avouer que Kealey l'avait blessée, sans le vouloir. Restait à espérer que Suzuka serait trop occupée par ses autres questions pour réaliser le sens de cette dernière phrase.


HRP:
 
Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Lun 20 Mar - 10:19

...♪♫...


Vous fîtes mine de ne pas remarquer le recul que pris soudainement la jeune fille.
Vous vous aperçus rapidement qu’elle se détendit aussitôt. Vous ne remarquez pas ses poings qui se serrèrent, tandis qu’elle s’emportant à nouveau. Une nouvelle fois vous sursautiez reculant d’un pas. Vous ne pensiez pas la vexée ou quoi que ce soit. Voir la mettre mal à l’aise. Mais vous ne vous penchiez pas plus sur l’emportement de la blonde face à vous. Vous essayez juste de calmer votre cœur qui ne semblez pas vouloir se calmer.

Vous vous aperçus que vous l’aviez surprise. Ne sachant pas si c’était une bonne chose ou une mauvaise chose, vous vous contentiez de serrer les lèvres le plus fort possible pour éviter de vous rependre une nouvelle fois en excuse. Les conseils du psy vous reveniez un instant en tête. Essayer de prendre confiance en soi en évitant de s’excuser toutes les deux phrases.
L’autre jeune fille pris enfin la parole, après quelques secondes de blanc. Pesait-elle le pour et le contre ? C’est ce que vous pensiez. En tout cas vous compreniez. Au fond qu’es ce qu’il lui prouvait que ce n’était pas l’autre qui jouait la comédie ?


"Suzuka... Tu as conscience que si je lui fais du mal, tu en souffriras aussi, pas vrai ? Je ne pense pas que lui faire du mal arrangera quoi que ce soit de toute manière. Je ne cherche pas à me venger, je voulais juste m'expliquer avec elle."

Tu hochais la tête tandis que l’autre jeune fille passait la main dans ses cheveux.
Elle semblait ailleurs dans ses pensées. Vous la laissiez réfléchir, tandis que vous jouait machinalement avec vos manches. Un tic nerveux dont vous vous rendez à peine compte. Un tic nerveux qui vous rassurez un peu au fond. Votre ventre gargouillez légèrement vous rappelant que vous n’aviez pas mangez non plus. Mais vous n’aviez malgré tout pas faim...

"Tu dis que tu la connais. Tu as déjà essayé de communiquer avec elle ? Et est-ce que tu sais ce qui la pousse à agir comme ça, à faire du mal aux gens ?"

Vous regardez se mordre la lèvre, tandis qu’elle vous sortez de vos pensées.

C’est alors que vous pris la parole, secouant légèrement la tête.

‘’Je sais que les coups qu’elle recevra, je les recevrais aussi. Au fond je sais que la violence ne sert à rien. Mais elle mérite vraiment de se prendre une vraie bonne raclée par quelqu’un. J’ai l’habitude de recevoir des coups pour l’autre. Parler ne sers à rien. Elle n’écoute personne…’’


Vous vous mordiez la lèvre en repensant au message de votre carnet. Vous trembliez presque de peur en vous souvenant de la menace qu’elle vous faisait.

‘’ Non je n’ai jamais essayé de communiquer avec elle… elle…Ich’’

Vous vous taisiez un instant cherchant les mots dans la bonne langue. Parfois c’était dur pour vous de parler anglais. Malgré que vous étiez bilingue anglais/allemand (une demande de votre mère. Vous étiez quasiment trilingue avec le japonais), vous aviez vécu la plus grande partie de votre vie en Allemagne. L’Allemand avec ce côté rassurant face à vos peurs. Il était plus simple pour vous de vous exprimer dans cette langue. Mais vous aviez aussi conscience que Karine ne comprendrait rien si vous vous m’étiez à parler Allemand.

‘’ J’ai pris conscience de mon…. Problème qu’il y as 1 an. Mais ça va faire bientôt 3 ans que je subis ce problème. Je n’ai jamais… Je… Elle écrit parfois dans mon journal…’’

Vous rougissiez un peu à son évocation. Était-ce normal qu’elle ait un journal à son Age ? Elle n’était pas sûr. Mais vous continuez tout de même.

‘’Rien de bien particulier. Mais je sais qu’elle aime crier au monde son existence. Qu’elle se bas souvent avec tout le monde…. Et souvent avec des gens qui m’ont mal parler à ses yeux…’


Vous vous reteniez de dire qui vous parler mal. Vous manquez clairement de respect. Ses gens qui souvent vous prenez pour un chien, une merde.
Vous ne mentionnez pas non plus votre tuteur. La seule évocation de ce type vous rendez malade, honteuse. Son seul souvenir vous indignez, et vous effrayer tout autant. Il vous arrive parfois de sentir son toucher sur votre peau, ou son souffle. Ça vous rendez encore plus malade.

‘’Elle… Elle est apparue après…’’


Vous vous mordiez la lèvre ne sachant pas continuer, votre cœur battez de plus en plus fort. Vous preniez une grande inspiration pour vous calmez. Vous oubliez totalement la présence de Karine, a cette instant. Vos jambes tremblez un peu et la douleur à votre genou ne pas pouvoir s’arrêter. Continuant a légèrement irradiait celui-ci.

‘’Elle semble avoir peur de disparaitre…’’


Vous murmuriez ces mots. Vous jouiez un instant avec vos manches, Karine légèrement oublié. Vous plongez un instant votre regard dans le sien avec de le détourner.

Vous regardiez autour de vous hagard. Vous vous demandiez un instant Quesque vous foutez là, tout en passant une main sur votre nuque. Puis votre regard capta la présence d’une autre personne. Vous la regardiez un sourcil lever.

‘’The fuck ? Chaton vraiment ? je te manquais tant que ça ? ‘’




oups?:
 
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mar 23 Mai - 15:53


It's no more time to play, girl




‘’Je sais que les coups qu’elle recevra, je les recevrais aussi. Au fond je sais que la violence ne sert à rien. Mais elle mérite vraiment de se prendre une vraie bonne raclée par quelqu’un. J’ai l’habitude de recevoir des coups pour l’autre. Parler ne sert à rien. Elle n’écoute personne…’’

Karine hocha la tête en silence, avant de regarder dans le vague, l'air préoccupée. Elle l'avait bien remarqué oui, Kealey n'écoutait que la moitié de ce qu'on lui disait, et ne répondait que par des piques, sans vraiment répondre aux questions qu'on pouvait lui poser. Est-ce qu'elle avait la moindre chance de pouvoir discuter calmement avec elle? Elle même n'y croyait pas vraiment, quand elle s'était mise dans la tête de la retrouver. C'était peine perdue. Mais alors... que cherchait elle?

Elle chassa vite cette dernière pensée un peu trop dérangeante, pour se reconcentrer sur Suzuka. Malgré le courage dont elle faisait preuve, elle tremblait visiblement de peur en pensant à Kealey. Karine serra discrètement le poing, en songeant à ce qu'elle avait du lui faire subir. La connaissant, elle avait dû bien s'amuser à la martyriser, profitant du fait qu'elle soit facilement impressionnable. En tout cas, elle ne pouvait plus la laisser faire. Que ce soit pour Suzuka ou elle même, elle était bien décidée à régler ce problème une bonne fois pour toute.

‘’ Non je n’ai jamais essayé de communiquer avec elle… elle…Ich... J’ai pris conscience de mon…. Problème qu’il y as 1 an. Mais ça va faire bientôt 3 ans que je subis ce problème. Je n’ai jamais… Je… Elle écrit parfois dans mon journal…’’

Karine inclina doucement la tête sur le côté, légèrement surprise. Un journal, tiens? C'est vrai que c'était plutôt une bonne idée, de pouvoir garder une trace de ses journées quelque part. Même si pour elle, ses dessins et peintures lui suffisaient amplement pour se souvenir de ce qui l'importait. En revanche, ça lui rappelait cette fille qui avait toujours cet espèce de petit carnet à la main. Elle baissa légèrement les yeux. Elle se demandait comment elle allait. La dernière fois qu'elle l'avait vue, elle l'avait inquiétée. Elle regrettait de ne pas avoir eu le temps d'aller la voir chez elle, avant l'incident... Restait à espérer que quelqu'un d'autre s'occupait d'elle.

Elle releva les yeux sur Suzuka, à nouveau curieuse. Alors techniquement, Kealey n'avait que 3 ans? Et si Suzuka n'en avait pris conscience que depuis un an, ça devait être qu'avant, Kealey n'était pas très active... Est-ce qu'un an de vie par alternance pouvait suffire à briser quelqu'un au point de Suzuka. Quelque chose clochait. Elle le sentait. Et son intuition la trompait rarement.

‘’Elle… Elle est apparue après…’’

Karine se redressa un peu plus, comprenant qu'elle avait vu juste. Mais après quoi? Elle allait continuer, pas vrai? Elle resta silencieuse, se retenant de lui poser la question, se disant qu'elle allait sûrement continuer d'elle même et que ce n'était pas la peine de la stresser pour si peu. Surtout qu'elle avait l'air à nouveau gagnée par la panique...

‘’Elle semble avoir peur de disparaitre…’’

Karine fronça les sourcils, surprise. Comment ça? Peur de disparaître, Kealey? Elle lui avait donné tout sauf cette impression, à prendre des risques en l'agressant sans raison, sans même savoir qui elle était ou même sa force. Elle ne la voyait pas angoisser à l'idée de disparaître, plutôt à avancer sans se retourner, en ricanant et en donnant des coups de pieds dans les rotules des gens à sa portée, qui plus est.

Alors qu'elle relevait les yeux vers Suzuka pour lui demander des explications, elle s'interrompit, la dévisageant. Suzuka l'avait regardée quelques secondes, puis elle avait... totalement changé. Ses mouvements étaient devenus plus rapides et plus assurés, et le tic des manches avait totalement disparu. Le regard perdu lui fit rapidement comprendre que son intuition était bonne. Elle n'était plus en présence de Suzuka, mais de Kealey.

‘’The fuck ? Chaton vraiment ? je te manquais tant que ça ? ‘’

Karine la regarda un moment sans répondre, une expression indéchiffrable sur le visage. Un mélange de colère, de tristesse, et de curiosité assez improbable l'avaient envahie à tour de rôle, et il lui fallut un peu de temps pour regagner son calme, et finalement répondre, en croisant les bras d'un air presque hautain.

"Tu aimerais bien... Mais c'est drôle hein, après ta petite "blague" de la dernière fois, tu m'as pas vraiment manqué."

Puis elle avança de quelques pas, visiblement menaçante, jusqu'à se retrouver à quelques centimètres de son ennemie. Tous ses muscles étaient prêts à réagir si jamais Kealey esquissait le moindre geste laissant sous entendre une attaque, mais à sa grande surprise, cette dernière ne réagit pas, se contentant de la regarder. Peut être encore trop sonnée par le changement de personnalité? Elle la regarda droit dans les yeux, sans réelle animosité.

"Je suis là pour aider Suzuka, et te coller une raclée si nécessaire."

Puis se reculant un peu, elle inclina légèrement la tête sur le côté, et croisa les bras, un peu moins sur ses gardes.

"C'est drôle, ça ne m'étonne pas trop de toi que tu sois assez lâche pour essayer de lui faire peur, étant donné que tu m'as attaquée pendant que je dormais. La question, c'est pourquoi. Je pensais que t'étais juste une sale gosse qui voulait s'amuser, mais peut être que c'est pas le cas. Dans tous les cas, tu bougeras pas d'ici tant que j'aurai pas la réponse."

Et elle croisa un peu plus les bras, un demi sourire aux lèvres, se tenant entre Kealey et l'entrée du bâtiment principal. Finalement, elle allait l'avoir, son interrogatoire, et peut être qu'avec les informations de Suzuka, elle arriverait à tirer quelque chose de cette tête de mule arrogante. Et sinon... elle avait le sentiment qu'elle avait déjà ce qu'elle était venue chercher. Alors, ça ne pouvait que bien se passer. Pas vrai?


HRP:
 
Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mar 23 Mai - 17:47

...♪♫...





Vous étiez peut être un peu hagarde. Vos mots n'avez pas toute l'acidité que vous leur donniez habituellement. Votre ton avait encore une petite douceur, enfoui. Vous ne rajoutiez rien. Aucune remarques supplémentaires ne vous vint à l'esprit, tandis que le visage de ''Chaton'' prenait un expression étrange, quelques émotions semblaient même apparaître sur son visage. Vous les identifiez comme de la colère, de la tristesse entre autre. Habituellement vous auriez ris, vous auriez trouvé une dizaine de remarque à ce propos.

Mais rien ne vous vint à l'esprit. Pendant un instant, un terrible court instant vous sembliez ne pas avoir le contrôle de vous même.
Vous vous rendiez compte pour la première fois que vous aviez un réelle trou noir. Depuis le combats entre Karine et vous, rien. Pour la première fois, vous n'aviez aucune idée de ce qu'avait vécu Suzuka. Pour la première fois de votre vie, votre courte vie, vous n'aviez aucune idée de ce que vous aviez fait quelques minutes avant votre ''éveil ''Comme si elle...

La terreur vous prenez soudainement le cœur, tandis que votre visage restez le plus neutre possible. Vous observiez Karine mais une autre part de votre esprit était ailleurs. Pour la première fois, vous vous sentiez pas totalement vous, mais pas totalement Elle. Pendant un court moment, qui pourtant vous parut si long,  vous deviez vous débattre pour restez vous même.  
Vous entendîtes à peine Karine parler.

"Tu aimerais bien... Mais c'est drôle hein, après ta petite "blague" de la dernière fois, tu m'as pas vraiment manqué."

Non vous y faites à peine attention. Se fut lorsqu'elle avança vers vous qu'elle vous fit réagir. En apparence vous ne faisiez que la regarder, mais vous repoussez temporairement cette terreur qui vous avez envie. Vous observez Karine, qui était plus que sur ses gardes, a quelques centimètres de vous. Vous la regardiez dans les yeux.  Tandis qu'elle prononça :

"Je suis là pour aider Suzuka, et te coller une raclée si nécessaire."

Un sourire naquit sur vos lèvres. Un sourire amusée. Donc Karine avait parlé à elle. Celle-ci avait du là prévenir de son ''soucis''. Du dédoublement de personnalité donc elle était la pauvre petite victime...
La colère et la rage vous envahit. Mais vous décidiez de la contenir pas encore. Non. Trop tôt. Vous aviez encore des douleurs de votre dernière altercation avec Karine et même si celle-ci ne pourrait sûrement pas vous refaire le coup du ninja, vous vous méfiez. Vous aviez compris un truc intéressant la dernière fois. Elle était peut être intelligente, plus que la moyenne, eut être autant que vous. mais vous étiez plus retors qu'elle. Plus tordu peut être.
Vous ouvriez la bouche et lui répondit, de ce ton faux calme que vous aimiez tant, avec toute le sarcasme dont vous étiez capable.

«  Au fond je m'en fiche que je te manque ou pas Chaton. Enfin, si tu parles de notre dernière altercation comme une blague, tu as décidement de drôle notions d'amusement. Ah moins que tu soit atteinte de masochisme poussé, ce qui expliquerait alors la raison de ta présence ici. »


Vous la regardiez se reculer, tandis que vous déclariez.

'' Et je te signalerais que Suzuka est mon nom de famille sweetie. Mais je t'avoues que le respect que tu portes à mes origines japonaise me touche. Vraiment »


Un autre sourire sur vos lèvre. Karine pencha la tête, les bras croisées, elle lança alors :


"C'est drôle, ça ne m'étonne pas trop de toi que tu sois assez lâche pour essayer de lui faire peur, étant donné que tu m'as attaquée pendant que je dormais. La question, c'est pourquoi. Je pensais que t'étais juste une sale gosse qui voulait s'amuser, mais peut être que c'est pas le cas. Dans tous les cas, tu bougeras pas d'ici tant que j'aurai pas la réponse."


Votre sourire quitta vos lèvres. Tandis qu'un demi sourire apparut sur les lèvres de Karine. Un sourcil se leva vous penchiez légèrement la tête, soutenant le regard de Karine. Toute émotions vous aviez quitté. Karine se tenait entre vous et le bâtiment. Vous songiez un instant à courir à l’intérieur pour vous enfuir. Si vos souvenirs sont bon, vous aviez pas mal amoché le genou de l'autre. Malgrès vos courbatures au jambes, vous saviez que vous étiez plus en état que l'autre de courir. Puis vous saviez que vous n'étiez pas si mauvaise en course. Sans être une championne olympique, vous pourriez très retourner dans le bâtiment. Un sourire réapparut sur vos lèvres tandis que une idée faisait son chemin dans votre cerveau. Une idée en entraînant une foule d'autre idée.  Certes Karine pourrait vous contrarier mais qui tente rien n'as rien.

«Ah. Chaton Chaton, dois-je vraiment t'expliquer que si tu ne veux pas te faire attaquer dans ton sommeil, il suffit simplement de ne point t'endormir dans des lieux publiques ou un prédateur pourrait rôder et faire de toi sa proie. »


Vous haussiez des épaules comme si votre phrase était d'une évidence. Comme si vous disiez que l'eau mouillait. Et ça vous amusez. Vraiment. Vous avanciez d'un pas vers Karine,amusé. Elle voulait vous empêcher de bouger, vous ''interroger''. Ce prenez t-elle pour Colombo ? Très bien.  Mais avant de vous enfuir vous aviez une unique question qui vous hantez. Vous faire traiter de sale gosse ne vous touchez guère. Au fond vous aimiez bien être ''une sale gosse''.

'Enfin. Ce n'est pas important.Donc tu bougeras pas tant que j'aurais répondu à ton pourquoi ? C'est simple. Il n'y a pas de réponse. C'est comme ça et pas autrement. C'est faute à pas de chance je suppose ? Enfin... Si ça peut soulager ton petit cerveau, on peut simplement dire que je suis, comme tu dis, une sale gosse. Sur ceux, je vais rentrer, j'ai autre chose à faire qu'avoir un rendez-vous nocturne avec toi chaton. Même si au fond, je suis sur que tu en rêve.»


Vous fites mine de vous décalez vers la droite de Karine, avant de vous stopper, comme si soudainement vous aviez une idée.

'Mais avant chaton, une toute petite question. Quesqu'y a bien pu te faire croire que je n'était pas juste une sale gosse ? » 
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mar 13 Juin - 10:52


It's no more time to play, girl




"Ah. Chaton Chaton, dois-je vraiment t'expliquer que si tu ne veux pas te faire attaquer dans ton sommeil, il suffit simplement de ne point t'endormir dans des lieux publiques ou un prédateur pourrait rôder et faire de toi sa proie. "

Le léger sourire de Karine disparut aussi vite qu'il était apparu. Même quand elle était déterminée à rester pacifique et essayer de comprendre, Kealey arrivait à l'exaspérer. Même Maria n'arrivait pas à la surpasser avec ce petit ton insupportablement méprisant. Et pourtant, son ancienne meilleure amie pouvait se vanter d'avoir évité de peu un nez cassé, et ce bien des fois. En tout cas, plus Kealey parlait, et plus elle sentait son sang-froid s'évaporer, et ses poings se serrer. Elle s'efforçait d'ignorer ses remarques acides et sarcastiques, mais pour une raison qu'elle ignorait, cette fois, elle sentait qu'elle ne pourrait pas tenir indéfiniment.

"Enfin. Ce n'est pas important. Donc tu bougeras pas tant que j'aurais répondu à ton pourquoi ? C'est simple. Il n'y a pas de réponse. C'est comme ça et pas autrement. C'est faute à pas de chance je suppose ? Enfin... Si ça peut soulager ton petit cerveau, on peut simplement dire que je suis, comme tu dis, une sale gosse. Sur ceux, je vais rentrer, j'ai autre chose à faire qu'avoir un rendez-vous nocturne avec toi chaton. Même si au fond, je suis sur que tu en rêve."

Karine se tendit un peu plus, ses ongles enfoncés dans les paumes de ses mains pour ne pas bouger ou répondre à ses provocations. Elle bouillonnait intérieurement, et devait vraiment lutter pour ne pas céder. Elle savait que c'était tout ce qu'espérait Kealey, la pousser à faire une faute pour pouvoir jouer une nouvelle fois les victimes. Elle devait tout faire pour ne pas craquer. Mais alors que Kealey s'était déplacée dans son champ de vision pour se stopper juste à côté d'elle, elle sentit sa résistance se rompre, comme une chaîne qui se brise. Plus rien ne la retenait désormais, et sans même prendre le temps d'écouter ce que Kealey avait dit, elle la saisit par le col presque instantanément, et la souleva très légèrement, sans se préoccuper de si ses pieds touchaient toujours le sol ou non. Ses yeux bleu glacé emplis de haine, elle lâcha dans un souffle:

"Oh, vraiment...?"

Son emprise sur son haut s'accentua un peu, sans même qu'elle en ait conscience. Elle devait certainement lui faire mal, et bloquer partiellement sa respiration, mais elle était tellement furieuse et avait tellement perdu le contrôle qu'elle n'avait même plus conscience de son propre corps. Kealey aurait pu la frapper à cet instant qu'à moins qu'elle n'arrive à la bousculer, elle n'aurait probablement rien senti. Elle se contentait de la maintenir comme ça, la regardant droit dans les yeux.

"Ca t'amuse beaucoup, pas vrai? Mais tu as raison, ce n'est pas important, après tout. Parce qu'au final, tu n'as jamais à affronter les conséquences. Tu joues, et tu laisses Suzuka trinquer à ta place. Sale gosse ou pas, tu n'es rien de plus qu'une lâche."

Quand elle pensait qu'elle n'avait sûrement pas refait surface depuis leur combat, et que pendant ce temps, elle avait laissé Suzuka souffrir à sa place des coups qu'elle avait pris, le temps que leur corps  guérisse et récupère, et qu'en prime, elle avait dû l'affronter alors qu'elle cherchait des réponses... Elle se souvenait de la terreur dans les yeux de la jeune fille alors qu'elle l'avait menacée. Et son regard se durcissait un peu plus envers celle qu'elle considérait désormais comme responsable.

"Et pitié, arrête avec cette histoire de proie et de prédateur, tu es ridicule. Tu te vois comme un chasseur, mais c'est quand même toi qui a fini immobilisée par terre et sans défense, right? Et c'était visiblement pas la première fois."

Karine esquissa un sourire qui ne cachait en rien son envie de frapper Kealey, et pourtant, elle ne fit pas le moindre geste, et reprit d'un ton un peu plus naturel.

"Ne te méprends pas. S'il y a bien une sale gosse, ici, ce serait plutôt moi. J'ai suffisamment foutu la merde là d'où je viens pour me mettre à dos tout le monde. Nan, la seule raison pour laquelle j'évite les ennuis ici, c'est par respect pour les autres. Eux sont là pour de bonnes raisons, pour être plus en sécurité, et parce qu'ils en ont besoin. Et toi tu viens t'en prendre à eux, et à Suzuka, "pour rire"... Vraiment, tu me dégoûtes."

Son sourire avait disparu de nouveau, et elle rapprocha le visage de Kealey du sien, soufflant avec une haine non dissimulée.

"Au final, je n'en ai rien à foutre de toi, ma pauvre. Quoi que tu puisses dire, tu seras jamais rien de plus que l'ombre d'une pauvre fille traumatisée. Un reflet ridicule, vite disparu, vite oublié."

Sentant sa vue se brouiller, Karine s'interrompit, la haine sur son visage disparue pour laisser apparaître de la surprise. Un mélange de colère et de peur apparut dans son regard alors qu'elle comprenait.

"Shit..."

Avec un rictus de dégoût et de colère, elle relâcha Kealey en la poussant en arrière, sans se soucier de si elle se réceptionnerait correctement ou non. Elle fit quelques pas en arrière, et s'empressa d'essuyer les larmes qui coulaient sur ses joues sans qu'elle ne puisse rien y faire. Comprenant rapidement qu'elle n'y pouvait rien, elle se redressa, et fit malgré tout face à son ennemie, la tête haute.

"Tu as raison sur un point. Je suis faible. Mais je ne le serai jamais autant que toi. Je ne suis pas une lâche."

Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mar 13 Juin - 18:19

/!\ATTENTION SUJET SENSIBLE ABORDÉE/!\

...♫♪...
Vous vous délectiez des réactions de Karine. Le fait qu'elle avait t perdu son sourire, ses poings serraient. Elle perdait contrôle d'elle-même Vous pouriez partir à la fin de votre discours, mais vous étiez restez. De toute façon, Karine vous coupa toute retraite au dernier instant que la dernière syllabe de votre phrase quitter votre bouche, pour échapper au travers de vos lèvres. L'autre craquer, bien plus vite que vous l'auriez cru d'ailleurs, mais elle craqua.  Elle vous agrippa par le col et vous souleva legèrement, juste assez pour que vous ayez à vous mettre sur la pointe des pieds. Face à face, ses yeux bleu était emplis de haine pour vous. Si facile qu'au final ça vous ennuyez. Vous pensiez avoir quelqu'un avec qui vous amusez au final rien.
Karine lacha un :  

"Oh, vraiment...?"


Tout en resserant son emprise sur votre col. Vous lachiez un léger hoquer de surprise, tandis que les mauvais souvenir vous envahissiez.  Votre cerveau se vida entièrement, tandis que pendant un instant, vous n'étiez plus réellement là. Mais ailleurs. Karine était pourtant dans votre champs de vision mais n'existait pas. Vous releviez inconsciemment vos mains pour les mettre sur les poignets de Karine. Non elle ne vous faisiez pas particulièrement mal. Mais vos souvenirs si. Ce contact avec la chaleur de Karine, plus sa voix vous réveilla pour vous ramener à la réalité.

"Ca t'amuse beaucoup, pas vrai? Mais tu as raison, ce n'est pas important, après tout. Parce qu'au final, tu n'as jamais à affronter les conséquences. Tu joues, et tu laisses Suzuka trinquer à ta place. Sale gosse ou pas, tu n'es rien de plus qu'une lâche." 

Vous fronciez les sourcils un peu agacée. Elle jugeait sans réellement avoir tout les faits. Avez vous envie de lui donner ? Avez vous envie de lui fournir la réalité de vos vies ? Karine se faisait juge sans pourtant en avoir réellement le droit. Un rire amusée, blessé  naquit et mourrut dans votre gorge.

"Et pitié, arrête avec cette histoire de proie et de prédateur, tu es ridicule. Tu te vois comme un chasseur, mais c'est quand même toi qui a fini immobilisée par terre et sans défense, right? Et c'était visiblement pas la première fois."


Votre visage perdit toute trace d'expression. Vous regardiez Karine avec une colère glacé. Toute émotions s'étant echapper. Non ce n'était pas la première fois. Mais le pourquoi de cette position était tellement loin de tout ce que Karine pouvait s'imaginer.

"Ne te méprends pas. S'il y a bien une sale gosse, ici, ce serait plutôt moi. J'ai suffisamment foutu la merde là d'où je viens pour me mettre à dos tout le monde. Nan, la seule raison pour laquelle j'évite les ennuis ici, c'est par respect pour les autres. Eux sont là pour de bonnes raisons, pour être plus en sécurité, et parce qu'ils en ont besoin. Et toi tu viens t'en prendre à eux, et à Suzuka, "pour rire"... Vraiment, tu me dégoûtes."

Vous vous ne réjouissiez pas de voir le sourire de Karine disparaître. Vous ne réagissiez pas plus quand elle se rapprocha de vous, pleine de haine. Pour la première fois depuis des années, vous n'étiez plus de cette rage habituelle. Mais d'une colère, noire, glacée.


"Au final, je n'en ai rien à foutre de toi, ma pauvre. Quoi que tu puisses dire, tu seras jamais rien de plus que l'ombre d'une pauvre fille traumatisée. Un reflet ridicule, vite disparu, vite oublié."

Karine se mis a pleurer. Vous vites la colère et la peur dans son regard. Mais vous vous ne vous en delectiez pas. Non. Le "Shit..." de Karine ne vous fites pas plus réagir.
Pas non plus quand elle vous rejeta. De surprise vous tombiez au sol sur les fesses, mais vous sentir à peine la douleur. Vous vous releviez et regardez Karine, vous regardez les larmes au yeux. Elle gardait la tête haute et vous l'auriez bien féliciter pour ça. Mais le temps du jeu était finis. Au revoir les pailettes, les strass et les projecteurs. Bonjour la réalité.

"Tu as raison sur un point. Je suis faible. Mais je ne le serai jamais autant que toi. Je ne suis pas une lâche."

Vous vous dépoussière machinalement le derrière, votre visage toujours aussi neutre, vos yeux marrons brillait pourtant de colère.

'' Tu as finis ?''



Vous eûtes un petit rire, pourtant ce rire n'avait rien a voir avec tout les rires sarcastiques que vous aviez. Non c'était un rire jaune. Un rire sans réel consistance. Puis vous commenciez à parler. Votre voix étant neutre. Foide. Presque vide d'émotions.


« Non que je saches si tu as finis de vider ton sac, et d'étaler ton ignorance sur ma... NOTRE situations à Kealey et moi, enfin Suzuka si tu préfères. Non vraiment que je saches avant que je pointe ta stupidité du doigts. Je suis pas une enfant de cœur Karine. Vraiment. Je le sais. Mais je suis loin d'être une lâche. »



Vous vous stoppiez un instant, passant la mèche qui pendait devant vos yeux, derrière votre oreilles, devoilant quelques piercings sur celle-ci. Il était rare pour vous de ne pas avoir cette meche devant les yeux, de regardez les gens de vos deux yeux directement.


'Tu voulais des réponses ? Les voilà. J'ai trinquer pour mes conneries et plus que tu le penses. Généralement je ne suis pas seulement pas là pour quelques heures. Je ne suis pas sur que mon autre personnalité en ai réellement conscience mais je pouvais faire surface pour des jours entiers. Vois des semaines.plus rares certes mais ça m'arrivait. J'ai surement subit les conséquences de mes actes autant que Suzuka.ne pense pas que je fais le coup de l'échange à volonté. Je me suis pris des coups, j'ai finis a l'hopital, j'ai... enfin.''



Vous vous stoppiez une nouvelle fois pour remettre de l'ordre dans les idées. La simple idée d'avouer la vérité à Karine vous dégoutiez. Elle gagnait la partie et ça vous enrager. Mais l'idée de la remettre à sa place vous soulager mieux. Tant pis.


'Oui. Je me suis retrouvais à terre sans defense plus d'une fois sweetie. Je fais 1m51 et je dois a peine depasser les 40 kilos. Ce n'est pas un exploit au fond. Pourtant j'ai gagner beaucoup plus souvent que l'on peu penser. Et je ne me suis pas si souvent retrouver comme ça.... Le plus souvent que je me suis retrouvais comme ça, ce n'ést pas en bagarre comme tu sembles le penser. Mais quand mon Tuteur de 40 piges, l'hommes à qui ma chère maternelle m'as confier, profiter allégrement de mon corps sans mon consentement »



La bombe était lâché. Votre voix se brisait tandis que vous prononciez vos dernier mots. Votre cœur battait plus vite plus fort, pendant la seconde de silence que vous imposiez, un million de pensait, un million de souvenirs vous envahissez. vous fermiez un instant les yeux, pour que l'autre ne voie pas votre douleur, votre tristesse. .. Douleur qui pourtant se former sur vos traits qui jusque là restait neutre. Pour la première fois depuis que vous aviez ouverts la bouche vous exprimiez une emotions. Comme une douleur fantôme, vos sentiez encore une fois la peur qui vous envahissiez quand t-il vous touchiez. La haine aussi. La douleur, ses caresses non désirés, ses gémissements tandis qu'il se vidiez en vous comme si vous étiez une vulgaire poupée de chiffon. La plupart de ses souvenirs était ceux de votre autre vous. Mais pourtant vous le sentiez comme si vous l'aviez vécu. Certes vous l'aviez vécu une ou deux fois, mais rien a voir avec ce que votre autre vous avait vécu.
Vous ouvriez les yeux, refaisant face à Karine. Peut être que deux trois seconde avait passé depuis vous vous étiez tus. Alors vous reprites la parole, essayant de faire comme si vous ne lachiez pas le pire des bombes, pourtant votre voix se briser un peu.


« L'homme à qui ma mère faisait confiance me violait. Et tu veux savoir le plus beau dans cette magnifique vie qui est la notre ? Notre propre mère nous traita de menteuse quand on lui dit la triste vérité. Suzuka, comme tu aimes l'appeler à une vie assez pourrites en réalité. Une mère qui sur-controle sa vie au point de lui interdire de dessiner car perte de temps à ses yeux, une femme d'affaire qui s'occupe à peine d'elle au passage. Suzuka fut brimer par la plupart de ses camarades, et la pauvre Suzuka qui se fit violer par l'homme qui été sencé la protéger. Et devine qui est apparut quand sa mère ne la cru pas ? Devine QUI c'est reveiller pour la première fois tandis qu'une nouvelle fois notre ''tuteur'' ce glissait dans notre lit ? »


Tu laissa un nouveau silence. Tu devenais de plus en plus émotive le long de ton discours.


'Je ne me cherches pas des excuses Karine. Mais je suis née pour faire bouclier, je suis née parce que Suzuka était brisée. Parce que elle est tellement timide, elle n'as aucune confiance en elle, obéï docilement a une femme qui veut soit disant son bien mais qui au finale lui fait du mal, alors qu'au fond d'elle elle ne rêve qu'une choses. Envoyait tout en l'air. Se battre faire ce qu'elle veut. Je suis née parce que Suzuka avait besoin d'une épée. Je suis là pour faire ce que Suzuka n'ose pas faire. Envoyer chier tout ces batards qui nous descende. Tout ces gens qui nous traites comme des sous merdes. Alors je me bats, j'envoie des piques, je fais ce que bon me semble quand j'en ai envie. Parce que Suzuka Kealey, la pauvre petite Suzuka Kealey, n'est pas capable de le faire en dehors de le rever.Je m'en prend pas en Suzuka. Je l'as fais bouger. Comme je peux. Parce que je suis née pour ça. Je suis là pour ça. Je suis née pour être une Sale gosse. Je manipule pour faire en sorte de passer pour la victime. Parce que au fond, je suis une putain de victime. Parce que au fond, je suis juste ce que Kealey souhaite d'être tout au fond d'elle. Je me fous ce que tu penses de moi Karine. Vraiment. Parce que je suis pas là pour exister. Je suis là parce que une pauvre fille traumatisé à craquer.


Vous vous arretiez de parler. Vous regardez une nouvelle fois Karine dans les yeux. Une grande fatigue vous envahit. Peut être que une larme ou deux vous avez échappée.MAus vous vous en foutiez. Une lassitude peut être. Suzuka avait-elle manger ? Vous n'étiez pas sur et votre tête vous tournez enormément. Vous vous sentiez si faible


.
''Tu a tort Chaton. Je suis une sale gosse, je m'en fous totalement des conséquences de mes actes, je les assumes bien plus que tu le pense. Je ne suis pas l'ombre d'une pauvre fille traumatisée, je suis une part de cette fille traumatisée. Une part qui se bat. Un part qui contrairement pas à toi n'as pas d'avenir.



Vous vous avanciez vers Karine, pour la bousculer a votre tour. Vous la regardiez d'un air le plus neutre possible.


'Tu joues les héroïnes, tu fait comme si tu savais tout. Mais je suppose que Suzuka ne t'as pas dis tout ça. Pour Suzuka, JE suis le putain de problème. Alors j'agis comme tel. Alors que de toi à moi. Le problème c'est sa putain de mère. Mais puisque tu tiens tant à la sauver, vas-y fais toi plaisir. Mais Karine. Pour l'amour de dieu. Avant d'ouvrir ta putain de gueule de lâche, avant  de juger une putain  personne. Apprend à savoir ce qu'il lui arrive réellement. Parce que si je n'était pas là. Kealey Suzuka ne serait plus de ce monde. Je t'aime pas. Mais je te respectais un peu. Au final tu vaux pas mieux que ses pétasses. ''



Vous vous dirigiez vers le bâtiment, ignorant Karine. Vous étiez lasse. Tout le respect que vous auriez pu avoir pour Karine c'était envolé.
Internées
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 16/07/2013
Localisation : Là où je devrais pas

DOSSIER
ÂGE : 17 ans
PROBLÈME : Chromatophobie (peur du blanc)
LIBRE RP : Toujours dispo!
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Mer 14 Juin - 12:18


It's no more time to play, girl




Karine réalisa tant bien que mal à travers ses larmes que Kealey était tombée en arrière quand elle l'avait repoussée. Mais sa vue restait brouillée par les larmes qui continuaient de couler sur ses joues sans son accord. Elle la devina se relever, et soutint son regard, frustrée de ne pas pouvoir lire l'expression de son visage dans son état, et de ce fait plus sur ses gardes. Elle fut donc surprise de voir son ton habituellement sarcastique remplacé par une voix chargée de colère et de ressentiment.

"Tu as fini ?"

Karine retint de justesse un haussement d'épaules, décontenancée et un peu perdue du tournant que prenait la situation. Elle ne s'attendait pas vraiment à ce que ses mots atteignent son ennemie, étant donné son détachement habituel. Mais il fallait croire qu'il ne s'agissait que d'une façade. Ou qu'elle y était allée plus fort qu'elle ne l'imaginait. Dans tous les cas, sa colère semblait s'être évaporée avec ces larmes qui commençaient à s'espacer. Et le rire de Kealey lui fit presque froid dans le dos, tellement il tranchait avec son comportement habituel. Et merde.

"Non que je sache si tu as finis de vider ton sac, et d'étaler ton ignorance sur ma... NOTRE situation à Kealey et moi, enfin Suzuka si tu préfères. Non vraiment que je sache avant que je pointe ta stupidité du doigt. Je suis pas une enfant de cœur Karine. Vraiment. Je le sais. Mais je suis loin d'être une lâche."

Effectivement, elle était vraiment énervée, maintenant. Karine laissa échapper malgré elle un semblant de rire étouffé, en l'entendant prétendre ne pas être une lâche, mais la laissa continuer sans rien dire. Maintenant qu'elle avait retrouvé son sang-froid, elle était curieuse de voir ce qui allait suivre. Elle voulait voir si son ennemie comptait argumenter sa réplique, ou se contenter de démentir les faits qu'elle lui avait balancés, en l'insultant à demi mots. En tout cas, après avoir dévoilé son deuxième œil de la sorte pour la toiser de la sorte, Kealey avait piqué sa curiosité.

"Tu voulais des réponses ? Les voilà. J'ai trinqué pour mes conneries et plus que tu le penses. Généralement je ne suis pas seulement pas là pour quelques heures. Je ne suis pas sûre que mon autre personnalité en ait réellement conscience mais je pouvais faire surface pour des jours entiers. Voire des semaines. Plus rare certes mais ça m'arrivait. J'ai sûrement subi les conséquences de mes actes autant que Suzuka. Ne pense pas que je fais le coup de l'échange à volonté. Je me suis pris des coups, j'ai fini à l'hôpital, j'ai... enfin."

Elle esquissa un léger sourire en la voyant finalement répondre à ses questions laissées en suspens, et lui donner même plus d'informations qu'elle l'espérait. Bon, au moins, elle saurait désormais que si Suzuka ou Kealey disparaissait au profit de l'autre, se serait totalement indépendant de leur volonté. Elle se demanda un instant si ça pouvait être dû à leur environnement, et être le contrecoup de la frayeur qu'elle avait donnée à Suzuka pour cette fois là. En tout cas, Kealey perdait visiblement de son emprise sur leur corps... si on pouvait voir ça ainsi?

"Oui. Je me suis retrouvée à terre sans défense plus d'une fois sweetie. Je fais 1m51 et je dois à peine dépasser les 40 kilos. Ce n'est pas un exploit au fond. Pourtant j'ai gagné beaucoup plus souvent que l'on peut penser. Et je ne me suis pas si souvent retrouvée comme ça.... Le plus souvent que je me suis retrouvée comme ça, ce n'est pas en bagarre comme tu sembles le penser. Mais quand mon Tuteur de 40 piges, l'homme à qui ma chère maternelle m'a confiée, profitait allégrement de mon corps sans mon consentement."

Karine s'immobilisa à ces derniers mots, devenant parfaitement immobile alors que quelques secondes auparavant elle souriait nonchalamment, et bougeait imperceptiblement d'un air ennuyé. Son sourire avait lui aussi bien évidemment disparu, et il lui fallut beaucoup de maîtrise pour garder un air le plus neutre possible, qui laissait malgré tout voir dans ses yeux l'horreur que cela lui évoquait. D'autant que son empathie n'aidait pas à garder du recul devant la douleur que provoquait ses souvenirs à Kealey. Elle devait retenir la haine et la colère qui l'envahissaient à nouveau, mais cette fois dirigée envers cet homme qu'elle ne connaissait même pas.

Enfin... cela expliquait en tout cas certaines choses, et notamment les réactions exagérées de Suzuka et Kealey lorsqu'elle avait pu les immobiliser. Cela l'horrifiait d'autant plus que sans le vouloir, elle avait dû leur remémorer des souvenirs dont elle ne voulait même pas imaginer la portée.

"L'homme à qui ma mère faisait confiance me violait. Et tu veux savoir le plus beau dans cette magnifique vie qui est la nôtre ? Notre propre mère nous traita de menteuse quand on lui dit la triste vérité. Suzuka, comme tu aimes l'appeler à une vie assez pourrie en réalité. Une mère qui sur-contrôle sa vie au point de lui interdire de dessiner car perte de temps à ses yeux, une femme d'affaire qui s'occupe à peine d'elle au passage. Suzuka fut brimée par la plupart de ses camarades, et la pauvre Suzuka qui se fit violer par l'homme qui été censé la protéger. Et devine qui est apparue quand sa mère ne la crut pas ? Devine QUI s'est réveillée pour la première fois tandis qu'une nouvelle fois notre ''tuteur'' se glissait dans notre lit ?"

Karine ferma les yeux inconsciemment, et recula d'un pas, sentant comme une douleur sourde l'envahir. Lorsqu'elle les rouvrit, elle eut l'impression de voir Kealey à travers un voile, et fronçant les sourcils pour se concentrer, elle tenta de saisir les mots qu'elle prononçait mais qui ne semblaient pas lui parvenir. C'était comme si toute la réalité avait décidé de se brouiller, et même lire sur les lèvres lui semblait excessivement difficile, pour une fois.

"Je ne me cherche pas des excuses Karine. Mais je suis née pour faire bouclier ... que Suzuka était brisée. ...tellement timide, ... confiance en elle, obéi ... lui fait du mal, ... envoyer tout en l'air. Se battre ... Suzuka avait besoin d'une épée. ...n'ose pas faire... Envoyer chier tout ces ... traitent comme des sous merdes. ... pauvre petite Suzuka Kealey... Je la fais bouger. ... passer pour la victime... fous ce que tu penses de m... pas là pour exister..."

Kealey sembla s'interrompre et la fixer, et Karine s'efforça de ne pas laisser paraître qu'elle n'avait pas entendu la moitié de ce qu'elle avait pu dire, et s'était contenté de lire sur les lèvres le reste. Mais quand sa vue se mit à se brouiller à son tour, elle mit un certain temps à réaliser que Kealey s'était remise à parler, et dût se battre pour entendre ses mots dans le fond, au fur et à mesure que son ouïe lui revenait.

"... assume bien plus que tu le pense. Je ne suis pas l'ombre d'une pauvre fille traumatisée, je suis une part de cette fille traumatisée. Une part qui se bat. Un part qui contrairement à toi n'a pas d'avenir."

Karine devinait au sentiment de vide et de tristesse qu'elle ressentait à l'écouter parler qu'elle subissait une nouvelle fois les conséquences "physiques" d'une de ses crises. Au final, elle était quand même suffisamment alerte et Kealey suffisamment lente pour qu'elle la voie s'approcher, mais elle ne chercha même pas à se défendre quand elle la bouscula, la poussant un peu en arrière. Elle se contenta de soutenir son regard d'un air vide, la tête dans une balle de coton.

"Tu joues les héroïnes, tu fais comme si tu savais tout. Mais je suppose que Suzuka ne t'a pas dis tout ça. Pour Suzuka, JE suis le putain de problème. Alors j'agis comme tel. Alors que de toi à moi. Le problème c'est sa putain de mère. Mais puisque tu tiens tant à la sauver, vas-y fais toi plaisir. Mais Karine. Pour l'amour de dieu. Avant d'ouvrir ta putain de gueule de lâche, avant  de juger une putain de personne. Apprend à savoir ce qu'il lui arrive réellement. Parce que si je n'étais pas là. Kealey Suzuka ne serait plus de ce monde. Je t'aime pas. Mais je te respectais un peu. Au final tu vaux pas mieux que ses pétasses."

Profondément dégoûtée de voir la situation tourner de cette manière, Karine détourna le regard avec un soupir. Elle n'avait qu'une envie, la laisser partir, la laisser disparaître, et retourner à ses propres problèmes en priant pour ne pas la recroiser de sa vie. Elle pouvait très bien le faire, après tout. Mais c'était lâche et égoïste. Elle finit par se résoudre à la rattraper et la retenir par la manche, presque à contrecœur.

"Ok, soyons claires. Non, j'ai pas fini. Je suis désolée pour Suzuka, et je remets pas en cause votre traumatisme. Mais il serait temps que tu réalises que tu es pas la seule. D'autres ici ont sûrement même vécu pire."

Une fois sûre qu'elle n'avait pas l'intention de s'enfuir ou de l'agresser pour ce geste, elle lâcha son bras, et se mit face à elle pour l'obliger à affronter son regard, bien déterminée à ce qu'elle l'écoute avant de partir, même si au fond elle ne souhaitait que ça.

"Que tu soies tombée sur deux monstres dans ta vie te donne pas le droit de maltraiter le reste du monde comme tu le fais. T'es tombée sur moi l'autre jour, mais tu t'es déjà demandé comment ça se serait terminé si tu étais tombée sur quelqu'un d'aussi traumatisé que toi? Je vaux peut être pas mieux que ces pétasses comme tu dis, mais toi tu vaux pas mieux que tes agresseurs, en agissant comme ça ici."

Elle croisa les bras, et inclina la tête sur le côté sans la quitter des yeux, avant de reprendre avec un soupir.

"Ensuite, tu crois pas que ce serait plutôt à Suzuka que tu devrais dire tout ça? Tu râles qu'elle te voie comme un problème, mais t'as jamais cherché à lui ouvrir les yeux pour autant."

Karine ne put se retenir de détourner les yeux quelques secondes, le regard de Kealey devenant de plus en plus dur à soutenir, pour une raison qu'elle ignorait. Mais elle fit l'effort de la regarder droit dans les yeux malgré tout, lorsqu'elle continua.

"Crois moi, tu l'aides pas en agissant comme ça. Si tu veux l'aider, soutiens la, et laisse la se débrouiller. Et si elle a besoin d'aide en dehors, y a des gens, des professionnels qui sont là pour ça, ici, je te rappelle. Et puis elle grandira jamais et prendra jamais confiance si tu t'obstines à faire le boulot et à vivre à sa place. Surtout que franchement pour l'histoire de victime, ça se lit sur son visage qu'elle a souffert, pas besoin d'en rajouter. La seule chose que tu risques d'y gagner, c'est de te trouver renvoyée chez ta mère et son ami le psychopathe, si tu tombes sur quelqu'un de plus fragile que toi."

Après quelques secondes d'hésitation, elle commença à faire demi tour et s'éloigner, se dirigeant vers la forêt sans même lui accorder un regard, visiblement pressée de s'éloigner le plus loin et vite possible d'elle. Pourtant, à mi chemin, elle se retourna une nouvelle fois, et lâcha un soupir.

"Je joue pas les héros, et prends le comme tu veux, je m'en fiche de ton respect. Mais je compte pas attendre les bras croisés que tu t'en prennes à qui que ce soit d'autre ici. Ils ont pas besoin de ça. Et toi non plus."

Alors qu'elle s'était remise à marcher, elle songea que courir lui ferait du bien, après tout ce temps. Mais restait à savoir si son genou était assez remis pour ça.

Pensionnaires
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 56
Date d'inscription : 07/07/2013
Localisation : DTC ♥ Where else?

DOSSIER
ÂGE : 16 ans
PROBLÈME : Double personnalité
LIBRE RP : Pour un seulement u_u
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   Sam 29 Juil - 17:32
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: It's no more time to play, girl [Suzuka]   
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quite cute: ral quite cute, play time & candy yum yum
» L.A Girl
» Les Golden Girl
» [BASE DE DONNEES] She ra & Golden Girl
» A new born in the world of Mac addict :) it's a girl!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hold my Hand :: Zone RP extérieur :: Terrain principal :: Aire de jeux-